Des astronomes ont découvert un « géant cosmique », un groupe d’amas de galaxies d’un million de milliards de fois la masse du Soleil et constitué 2,3 milliards d’années « seulement » après le Big Bang, a annoncé l’Observatoire européen austral (ESO).

C’est un géant. Car c’est un groupe, non de galaxies, mais d’amas de galaxies. Pour vous faire une idée (pas facile), sa masse totale équivaut à un billion de fois celle de notre Soleil – autrement dit, un million de milliards de soleils les uns à côté des autres.

C’est aussi un bébé, sinon un enfant. Car il s’est constitué 2,3 milliards d’années « seulement » après le Big Bang. C’est très jeune, en effet, si l’on compare aux 13 milliards d’années d’existence de notre Univers.

L’Observatoire européen austral (ESO) a annoncé la découverte de ce jeune monstre, baptisé Hyperion.

« Ce fut une réelle surprise de constater l’existence d’une structure aussi évoluée au sein d’un Univers relativement jeune ! », a déclaré Olga Cucciati, de l’Institut national d’astrophysique (INAF) de Bologne qui dirige l’équipe à l’origine de la découverte.

La plus vaste et la plus massive structure découverte à ce jour

La structure serait la plus vaste et la plus massive découverte à ce jour dans l’Univers primitif. « L’énorme masse du proto-superamas est estimée à plus d’un million de milliards de fois la masse du Soleil. Cette masse colossale est semblable à celle des structures les plus étendues de l’Univers contemporain », précise l’ESO.

Le géant cosmique Hyperion a été débusqué dans la constellation du Sextant, près de l’équateur céleste grâce au Very Large Telescope de l’ESO installé dans le désert d’Atacama au Chili.

Si ses dimensions sont comparables à celles de superamas actuels, sa structure est, elle, très différente.

Selon les chercheurs, Hyperion est doté d’une structure complexe, composée d’au moins sept régions de densité élevée liées entre elles par des filaments de galaxies. Alors que « les superamas situés à plus grande proximité de la Terre (donc plus vieux, ndlr) sont caractérisés par une distribution de masse plus concentrée et une architecture davantage structurée », explique Brian Lemaux, astronome à l’Université de Californie.

Une différence qui pourrait découler des effets prolongés de la gravité : contrairement à Hyperion, les superamas observés dans l’univers proche, à plus de 13 milliards d’années après le Big Bang, ont disposé de plusieurs milliards d’années supplémentaires pour condenser leur matière en des régions de densité plus élevée.

Selon les astronomes, les dimensions qu’arbore Hyperion dans un Univers si jeune laissent présager qu’il évoluera de façon similaire. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here