Sous la végétation au nord-est du Brésil se cachait depuis 4 000 ans un complexe incroyable : une super-colonie de termites couvrant une superficie de la taille de la Grande-Bretagne. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Current Biology.

Un vaste complexe

Larges de 9 mètres à la base et s’étendant sur environ 230 000 kilomètres carrés, ces milliers de monticules ne sont ici que la partie émergée de l’iceberg. Ce complexe peut être considéré comme une sorte de débarras, où s’empile de la terre excavée à n’en plus finir. Pour vous donner une idée plus précise, la quantité de terre excavée dépasse 10 kilomètres cubes, soit l’équivalent de 4 000 grandes pyramides de Gizeh. En dessous se cache alors un vaste réseau de tunnels souterrains, probablement emprunté depuis des millénaires par les termites.

C’est le biologiste Roy Funch, de l’Universidade Estadual de Feira de Santana au Brésil, qui a eu vent en premier de ces étranges formations au début des années 1980. « Certains habitants pensaient qu’elles avaient été formées par des termites, des fourmis ou une créature similaire, mais pour beaucoup, elles étaient des formations naturelles, créées par Dieu, qui avaient toujours existé », explique-t-il.

200 millions de monticules, certains vieux de plus de 4 000 ans

De nouvelles recherches menées en 2015 ont finalement révélé toute l’étendue de ce complexe : il y aurait ici environ 200 millions de monticules, « sans doute le plus bel exemple d’ingénierie écosystémique jamais enregistré, dit-il. Et le plus étendu au monde pour une seule espèce d’insecte (Syntermes dirus, ndlr) ». Mise à jour, cette empreinte naturelle est également visible depuis l’espace, certaines structures restant toutefois cachées sous la végétation.

Les monticules mesurent en moyenne environ 2,5 m de haut, mais certains sont beaucoup plus hauts. Sur 200 millions de monts, il y a suffisamment de sol excavé pour construire 4 000 grandes pyramides de Gizeh. Crédits : Roy Funch

Ratisser large

Pourquoi un tel réseau souterrain ? Probablement en réponse aux conditions environnementales particulières de la région. On observe en effet ici une gigantesque étendue de végétation épineuse qui, une fois dans l’année, perd ses feuilles – dont se nourrissent les termites. L’idée consiste donc à pouvoir ramasser un maximum de feuilles mortes sur une vaste zone pour survivre durant les mois où la nourriture se fait plus rare.

« Ces monticules ont été formés par une seule espèce de termite qui a creusé un réseau énorme de tunnels pour leur permettre d’accéder aux feuilles mortes afin de manger en toute sécurité et directement depuis le sol de la forêt, explique en effet le Professeur Stephen Martin, expert en insectes sociaux de l’Université de Salford (Royaume-Uni) et co-auteur de l’étude. C’est incroyable de constater qu’à l’heure actuelle, vous pouvez trouver une merveille biologique de cette taille et de cet âge avec toujours des occupants à l’intérieur ». Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here