Black Panther semble être un autre succès pour Marvel . Le film a été très attendu, notamment parce qu’il s’agit d’une étape importante dans l’histoire du cinéma avec un super-héros noir en tête d’affiche aux côtés d’une troupe majoritairement noire.

Le film raconte l’histoire de T’Challa, qui est aux prises avec son nouveau rôle de roi de la nation africaine fictive et technologiquement avancée du Wakanda. C’est aussi un guerrier dur à cuire qui court partout dans une combinaison pare-balles avec des griffes rétractables.

Les humains aux sens aiguisés et les animaux plus forts et plus agiles sont devenus un élément de base de la bande dessinée. Mais ce qui rend Black Panther différent de Spiderman ou Wolverine est que ses capacités ne sont pas le résultat d’une mutation génétique ou d’une augmentation technologique. Bien que son costume soit à la fine pointe de la technologie, les capacités de T’Challa proviennent d’une herbe magique et de sa connexion mystique avec un dieu panthère.

Considérant ces origines surnaturelles, Black Panther a des échos intéressants avec des récits médiévaux d’humains qui prennent l’apparence et les caractéristiques des bêtes. Et tout comme Black Panther, dans ces contes, se rapprocher de l’animal ne rend pas quelqu’un moins qu’humain, mais surhumain.

Ce ne sont pas les histoires habituelles de peur que l’animal intérieur submerge l’humain, mais des humains qui contrôlent toujours leurs facultés lorsqu’ils deviennent la bête.

Les loups-garous médiévaux

L’exemple le plus célèbre d’humains avec des peaux de bêtes est certainement le loup-garou. Les loups-garous médiévaux diffèrent des versions ultérieures, car ils sont souvent des héros sympathiques plutôt que des adversaires dangereux.

Prenez Mélion, un des chevaliers du roi Arthur. Sa transformation, à l’aide d’un anneau enchanté, n’est pas présentée comme un problème, mais comme un geste d’amour. Mélion devient un loup-garou parce qu’il croit que cela sauvera sa femme. Ce n’est que sous forme de loup qu’il est capable de traquer le cerf qu’elle prétend qu’elle doit manger pour ne pas qu’elle meure. Le véritable ennemi dans cette histoire est la femme, car elle utilise le fait que son mari devienne un loup comme excuse parfaite pour s’enfuir avec un autre homme.

Gravures du traité de physionomonie de Ch. Lebrun et Morel d’Arleux, date : 1806

Un autre loup-garou héroïque apparaît dans la romance de Guillaume de Palerne . Ce loup sauve le prince Guillaume, quatre ans, du complot de son oncle pour l’empoisonner et prendre le trône. Le loup-garou continue de s’occuper de Guillaume jusqu’à l’âge adulte, probablement parce que les deux ont beaucoup en commun. La bête est aussi un prince, Alfonso, dont l’enchantement est le résultat d’une autre lutte familiale pour le trône.

Les deux contes montrent comment il reste un humain à l’intérieur de la bête. Mélion continue de penser rationnellement et de ressentir les émotions humaines sous forme de loup. A la cour, le loup fait preuve d’un comportement civilisé, buvant même du vin au lieu de l’eau.

Alfonso a peut-être l’air d’un animal dangereux, mais il est très intelligent et fait preuve d’ une grande maîtrise de soi. Sa nature civilisée et humaine transparaît, par exemple, lorsqu’il nourrit Guillaume en lui donnant des aliments transformés comme du pain et du vin au lieu de viande crue. Et quand Alfonso chasse, c’est un signe de son intelligence, car les peaux de cerf qu’il récupère peuvent servir de déguisement pendant qu’ils sont en fuite.

Illustration de ‘Topographia Hiberniae’ illustrant l’histoire d’un prêtre itinérant qui rencontre et communie une paire de bons loups-garous du royaume d’Ossory.

Les humains dans les peaux d’animaux

Mélion et Alfonso ont aussi des capacités améliorées – ils sont plus forts, plus rapides et souvent plus intelligents que les humains – mais la bête ne prend jamais le dessus. Bien que leur corps change, leur identité reste stable.

T’Challa est le Black Panther – un roi vertueux, un noble vengeur et un redoutable guerrier.

Même lorsque les loups menacent de perdre le contrôle et d’agir violemment contre les humains, ces actes sont présentés comme raisonnables et compréhensibles. C’est parce que la principale victime d’une telle violence est quelqu’un qui leur a fait du mal. Alfonso grogne après la belle-mère qui l’a enchanté, et Mélion attaque l’homme pour qui sa femme l’a quitté.

Nous ne sommes pas censés voir cela comme une perte de contrôle, mais comme la seule façon pour quelqu’un coincé dans la peau d’un loup de faire connaître son sort aux autres, puisqu’il ne peut plus parler. Alfonso, en particulier, découvre que lorsqu’il fait des gestes avec ses pattes, les humains ne lui donnent qu’un regard perplexe – un commentaire intéressant sur les limites de la communication entre espèces.

Humains améliorés ?

Dans les deux contes, c’est ce comportement bestial inhabituel qui mène à la découverte que les loups sont des humains enchantés et que leurs corps retrouvent une forme humaine. Mais toutes les histoires médiévales ne se terminent pas par un conte de fées où l’animal redevient humain.

C’est le cas de Melusine, une femme maudite qui se change en demi-serpent une fois par semaine. Après avoir découvert sa forme mi-animale, le mari de Melusine choisit de voir sa femme comme une bête plutôt que comme un être humain, la condamnant à devenir un serpent pour toujours. Mais comme pour les loups-garous, Melusine reste humaine à l’intérieur de son costume de dragon – mais avec le bonus supplémentaire de pouvoir voler.

Melusine s’occupe de ses enfants quand elle est à moitié animale.

Ce que tout cela montre, c’est que les humains avec les capacités des animaux ne sont certainement pas une idée inventée dans les bandes dessinées. Mais comme Black Panther, ces histoires médiévales parlent d’une fusion de caractéristiques humaines et animales plutôt que d’une stricte hybridité – soulignant les avantages potentiels de devenir une bête. En tant que lecteur ou spectateur, nous sommes invités à imaginer ce que c’est que d’être un animal – mais l’être humain reste inchangé.

Traduction : Le Savoir Perdu Des Anciens 

Source

1 COMMENTAIRE

  1. Peut on associer à votre article les bersekers de la Scandinavie époque norroise ? Ces guerriers se « transformaient » en bête, appelaient l Esprit de l ours ou du loup ou d un autre animal puissant ,en ingurgitant des végétaux ou boissons psychotropes, hallucinogènes, avant la bataille pour s assurer la victoire…Le mythe du combattant animal se retrouve dans beaucoup de civilisations anciennes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here