Ces derniers temps, l’algorithme de recommandations YouTube fait l’objet de nombreuses critiques. Les vidéos suggérées semblent orienter vers des contenus politiques toujours plus radicaux et ainsi pousser les utilisateurs et les utilisatrices vers l’extrême droite la plus radicale. Il a aussi été accusé de ne pas savoir faire la différence entre épisodes de dessins animés populaires auprès des enfants et de parodies violentes et malsaines.

Entre autres critiques, le fait que les internautes sont encouragés à visionner des contenus complotistes et notamment cette théorie qui affirme que la terre n’est pas un globe, contrairement à une croyance répandue, mais qu’elle est plate.

À LIRE AUSSI : Le top 5 des raisons pour lesquelles la terre N’est PAS plate

Vidéos complotistes

Si cette théorie peut prêter à sourire, elle est prise très au sérieux par certains, qui y consacre de nombreuses vidéos, à grand renfort de photos de mauvaise qualité diffusées à grand renfort de voix off inquiétante. Lors de recherches sur des mots-clés comme «flat earth», la plupart des vidéos proposées sont des documentaires sur les «flat-earthers», (ou platistes dans la langue de Molière) et des vidéos tournant le concept en dérision. Mais si on va plus loin, on trouve facilement du contenu très premier degré, et une fois l’un d’entre eux visionné, c’est l’engrenage.

Des platistes se sont récemment réunis pour une conférence à Denver, dans le Colorado. Une journaliste du Daily Beast, présente à l’événement explique que lorsqu’elle demandait aux personnes présentes comment ils ont été convertis, la réponse était très souvent «par YouTube». Plus précisément, par le YouTube de 2015, lorsque des grands noms du mouvement ont lancé leurs chaines.

Consommation avide de vidéos

Lors de l’événement, les platistes présents «se montraient l’un l’autre des vidéos sur leurs portables et s’appellaient par leur pseudo YouTube». La plupart ont concédé avoir une grosse consommation de vidéos complotistes. Un public parfait pour la plateforme de streaming, qui veut faire regarder à ses membres le plus de vidéos possibles pendant le plus de temps possible, et qui a donc tout intérêt à leur servir ce qu’ils veulent.

Le géant de la vidéo se défend de vouloir encourager ce genre de contenu. Selon lui, l’algorithme est conçu pour être efficace sur des sujets comme des tutos beauté et des vidéos éducatives mais fonctionne moins bien pour la science et les informations. Il a donc récemment annoncé mettre, entre autres mesures, des liens vers des sources fiables sous des vidéos traitants certain sujets. Comme, par exemple, un lien vers l’article sur le premier pas sur la Lune écrit par l’Encyclopædia Britannica, en dessous des vidéos doutant de la conquête du satellite par l’humain. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here