Des scientifiques russes ont prouvé la double existence d’un continent nommé Arctide qui a fait successivement partie de deux supercontinents, la Rodinia et la Pangée.

Des chercheurs de l’Institut de géologie pétrogazière de l’Académie russe des Sciences ont démontré la réalité de l’Arctide, un continent qui aurait existé dans le passé lointain de la Terre, relatent les médias russes.

Les spécialistes ont réalisé une étude paléomagnétique, qui permet de définir la position des blocs lithosphériques et leur déplacement il y a des millions d’années. L’analyse d’échantillons de roches prélevés dans des archipels arctiques —parmi lesquels la terre François-Joseph, la Nouvelle-Zemble, la terre du Nord et les îles de Nouvelle-Sibérie- a permis d’étudier la «biographie» de l’Arctide.

Le continent a existé deux fois, ont conclu les chercheurs. Lors de la première fois, les blocs lithosphériques se sont réunis il y a des milliards d’années, alors que l’Arctide faisait partie du supercontinent Rodinia, qui se serait fragmenté il y a environ 750 millions d’années.

Pour la seconde fois, l’Arctide s’est reformée il y a environ 250 millions d’années et a fait partie du nouveau supercontinent, appelé Pangée. Après la désintégration de ce dernier, lors de la formation de l’océan Arctique, des fragments de la seconde Arctide ont été de nouveau redistribués pour constituer le plateau continental arctique, détaillent les chercheurs.

Quant à la possibilité de l’existence d’une civilisation sur cet ancien supercontinent, à savoir la terre des Hyperboréens, les chercheurs sont convaincus que ce pays mythique ne pouvait pas avoir trait à l’Arctide, car ce corps géologique existait il y a des centaines de millions d’années, bien avant l’apparition de notre espèce humaine. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here