Lorsqu’il s’agit de mesurer la perte de glace aux pôles et de prévoir ce qui pourrait se passer par la suite, les scientifiques ont besoin de données précises. Un nouveau radar leur a permis de «pénétrer» sous des couches de glace pour y trouver une source de chaleur inattendue.

Une nouvelle étude suggère qu’il existe une grande source de chaleur géothermique en Antarctique oriental que les scientifiques n’ont pas encore prise en compte dans leurs calculs, relate Sciencealert.

La glace dans cette zone semble fondre de bas en haut, selon les relevés radar effectués par un avion survolant le continent gelé. Le radar a pu «regarder» à travers trois kilomètres de glace pour établir qu’alors que la base de la calotte glaciaire antarctique fond, l’eau de fonte remplit les lacs sous-glaciaires en aval.

Bien que ce processus ne soit pas un facteur majeur de perte de glace à l’heure actuelle, l’équipe internationale de scientifiques affirme qu’il pourrait entraîner une fonte plus rapide à l’avenir, car l’eau et la glace peuvent s’échapper plus facilement.

«Le processus de fonte que nous observons dure probablement depuis des milliers voire des millions d’années et ne contribue pas directement au changement de la couche de glace», a déclaré le chercheur Tom Jordan, du British Antarctic Survey (BAS). «Cependant, dans le futur, les quantités d’eau supplémentaires dans la couche de glace pourraient rendre cette région plus sensible aux facteurs externes tels que le changement climatique.»

L’équipe d’experts pense que des roches radioactives et de l’eau chaude jaillissant de la croûte terrestre contribuent à cette fonte supplémentaire, sur la base d’observations effectuées à une distance allant jusqu’à 750 kilomètres de la côte. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here