Un Français de 71 ans s’est lancé un étonnant défi : celui de traverser l’Atlantique à bord d’un tonneau en plastique. Un périple qui s’annonce pour le moins original.

Mercredi dernier, le Français Jean-Jacques Savin, 71 ans, s’est lancé dans un étonnant périple. Cet intrépide voyageur a pour ambition de traverser l’Atlantique jusqu’aux Caraïbes en trois mois à bord… d’un tonneau. Après avoir déjà voyagé sur ses eaux à bord d’un radeau pneumatique, l’aventurier se lance dans un défi sans moteur, sans voile ni rame.

Trois mois à la dérive 

Il a quitté cette semaine la ville d’El Hierro, au sud-ouest des Îles Canaries, pour un voyage de pas moins de 4.500 kilomètres (pourvu qu’il navigue en ligne droite). Ce capitaine à nul autre pareil sera confiné dans un tonneau de plastique doté de panneaux solaires et de modestes hublots, mesurant à peine trois mètres sur deux. Ce navire de fortune, équipé d’une cuisine et d’un matelas, sera son unique domicile durant les trois mois qu’il escompte passer à flots.

Le pari n’est pourtant pas aussi fou qu’il y paraît. Durant sa traversée, Savin espère aider les océanographes dans leur étude des courants de l’Atlantique. Et quoi de mieux pour étudier ces autoroutes marines que de se trouver à bord d’un esquif dérivant au gré de l’eau ? À bord du tonneau, tout est harnaché afin d’assurer la sécurité du navigateur (et de l’habitacle) face aux remous.

Une autre façon de vivre

« Il ne sera pas question d’écrire« , explique Jean-Jacques Savin pour France Bleu. Difficile de manier le stylo lorsque la table tangue… par conséquent : « j’utiliserai le dictaphone pour enregistrer mes émotions, et je m’attacherai à mon lit. » Quand le temps sera clément, Jean-Jacques Savin pêchera sa nourriture. Toutefois, pas question de rater le réveillon ! Sauternes et foie gras ont été embarqués à bord pour l’occasion.

Savin prévoit également de s’accorder des moments de plaisir musical durant cette traversée. Outre son travail d’observation, il aura avec lui sa mandoline : « Je ne suis pas très doué, mais je me fais plaisir.« 

Courage ou folie, l’avenir nous le dira. Quoi qu’il en soit, force est d’admirer la détermination et le courage de ce marin à l’imagination plus vaste que l’océan. Source

1 COMMENTAIRE

  1. La France se caractérise volontiers par ses « champions » en solitaire qui se lancent dans des défis quelque peu stupides. D’abord, ils adorent être seul, manifestation de l’esprit français parfaitement individualiste qui n’est bon qu’en mode duel (tennis, ping pong, escrime) ou en solo (équitation, sports athlétique, Formules 1, moto…). Le français est archi mauvais en sport d’équipe, c’est l’une des raisons de la grande difficulté à gagner des coupes en sports collectifs car même si une fois tous les 10 ans, la France fini par remporter une « coupe du monde », on constate que le système médiatique français met systématiquement en vedette un joueur et pose en arrière plan l’équipe.
    C’est pourquoi l’on trouve plus souvent des français seuls à escalader une montagne surtout s’il le mec est amputé d’une jambe ! à traverser un océan, surtout si le mec se fout dans un tonneau ! à traverser un pays en delta-plane… surtout s’il lui manque un bras ! Oui, l’esprit français ne peut s’empêcher de se distinguer en agissant toujours en mode hors pointillés… Il n’est aligné que dans la presse où là, allez savoir pourquoi, il perd ses testicules et s’aplatit devant ses maîtres payeurs…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here