Kom Ombo (signifiant le « monticule d’Ombo ») est une ancienne ville égyptienne située dans ce qui est aujourd’hui le gouvernorat d’Assouan de Haute-Égypte, à environ 50 km (31 miles) au nord d’Assouan. Kom Ombo se distingue principalement par son temple, connu simplement sous le nom de Temple de Kom Ombo. Ce temple est unique par le fait qu’il est dédié à deux dieux – Sobek et Horus.

La Cité d’Or des Pharaons

L’histoire de Kom Ombo remonte à l’époque des pharaons, quand elle servait de ville de garnison près de la frontière sud de l’Egypte. La ville était connue à l’origine sous le nom de Nubt, ce qui signifie  » Cité d’or « . Pendant les périodes ptolémaïque et romaine, la ville a conservé sa fonction, bien que son nom ait été changé. Les Grecs rebaptisèrent la ville Omboi, tandis que les Romains l’appelaient Ambo. Kom Ombo est surtout célèbre pour son magnifique temple qui subsiste encore aujourd’hui.

Une peinture du plafond du temple de Kom Ombo.

Le temple de Kom Ombo a-t-il été construit à partir de ruines de l’Empire du Milieu ?

Le temple de Kom Ombo a été construit sur une période d’environ 100 ans. Le temple principal a été construit à l’époque de Ptolémée VI Philometor, qui a régné au cours du 2 ème siècle avant JC. La plupart des décorations de la structure ont été achevées à l’époque de Ptolémée XII Néos Dionysos, qui régna au 1er siècle avant JC. Au cours de la période romaine, quelques ajouts au temple ont également été faits. Il a été supposé qu’un temple plus ancien de l’Empire du Milieu existait autrefois sur le site, en raison de la présence de blocs réutilisés dans la structure actuelle. Il n’y a cependant pas grand-chose d’autre pour indiquer l’existence de ce temple plus ancien.

Le temple de Kom Ombo avant la restauration.

Qui sont les dieux ennemis qui partagent le culte du Temple?

L’aspect le plus frappant du temple de Kom Ombo est le fait qu’il a été dédié à deux dieux égyptiens, Sobek le dieu à tête de crocodile et Horus le dieu à tête de faucon. Pour compliquer davantage les choses, les anciens Égyptiens croyaient que Sobek et Seth étaient des alliés lors de ce dernier conflit avec Horus. Après la défaite de Seth, ses alliés se sont transformés en crocodiles pour échapper à Horus. En d’autres termes, Sobek et Horus étaient ennemis. Néanmoins, les deux dieux sont honorés au temple de Kom Ombo.

Ce relief du temple de Kom Ombo montre Sobek avec des attributs typiques de la royauté, y compris un was-sceptre et un kilt royal. L’ankh dans sa main représente son rôle de guérisseur osirien et sa couronne est une couronne solaire associée à l’une des nombreuses formes de Ra.

La dédicace du temple aux deux dieux se reflète dans l’architecture de la structure. Le temple de Kom Ombo peut être divisé symétriquement en deux parties le long d’un axe principal. Le côté ouest du temple était dédié à Haroeris (le’Grand Horus’, ou’Horus l’Ancien’), tandis que son côté est était consacré à Sobek. Chaque moitié du temple se composait d’une porte monumentale, d’un parvis hypostyle (qui sont reliés) et d’un sanctuaire intérieur pour la divinité. On peut supposer qu’il y avait deux groupes de prêtres, un pour le culte d’Horus et un autre pour celui de Sobek.

Horus et Sobek sont même ici présentés ensemble.

Quels autres rôles le temple de Kom Ombo joue-t-il ?

Le temple de Kom Ombo n’a pas seulement été construit pour le culte d’Horus et de Sobek, mais aussi pour la glorification de la dynastie ptolémaïque. Cela se voit clairement dans certains reliefs du temple. Sur l’écran de pierre de droite de l’avant-cour, on peut voir Horus et Thot verser de l’eau de consécration sur Ptolémée XII, tandis que Sobek regarde. La scène se répète dans l’écran de pierre de gauche de la cour d’entrée, mais avec une petite différence – les rôles joués par Horus et Sobek sont inversés.

Relief de Thot et Horus bénissant le pharaon au Temple de Kom Ombo

Un autre exemple de la dynastie ptolémaïque glorifiée au temple est un relief dans la salle hypostyle intérieure montrant Ptolémée VIII se faisant présenter une arme courbe (une représentation de l’épée de la victoire) par Horus. La propagande dynastique est encore renforcée par la présence de Cléopâtre II, la sœur-femme de Ptolémée et sa co-dirigeante, derrière lui. Quand les Romains prirent le contrôle de l’Egypte, ils marquèrent également le temple de leur empreinte. C’est ce que l’on peut voir dans les reliefs de l’avant-cour, où l’empereur romain Tibère fait des offrandes.

Colonne et plafond en forme de papyrus conservé au temple de Kom Ombo.

La restauration mène à de nouvelles découvertes

Finalement, le temple de Kom Ombo fut abandonné et tomba en ruines. Au fil des siècles, les catastrophes naturelles et anthropiques ont causé de nombreux dommages à la structure. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que le temple reçut l’attention des archéologues occidentaux. En 1893, Jacques de Morgan, archéologue français, dégagea l’espace du temple dédié à Sobek et le fit restaurer. Plus récemment, des travaux archéologiques ont été effectués dans le temple, ce qui a donné lieu à des découvertes intéressantes, notamment la statue d’un sphinx et deux peintures anciennes déterrées cette année.

Source

Traduction : Le Savoir Perdu Des Anciens 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here