La naissance de la Voie Lactée (1636-1637) par Peter Paul Rubens.

L’allaitement maternel est une pratique d’alimentation du nourrisson qui consiste à donner le lait maternel directement du sein à la bouche. L’allaitement peut être effectué par la mère elle-même ou par une nourrice. On trouve des preuves de l’allaitement maternel dans diverses sociétés passées et on peut supposer que l’allaitement est pratiqué depuis qu’il y a eu des bébés.

Néanmoins, bien que l’allaitement maternel soit sans doute la façon la plus naturelle de nourrir un bébé, il n’y a jamais eu un moment où tout le monde le faisait, car il est prouvé que d’autres pratiques d’alimentation infantile ont également été utilisées.

Peinture d’une femme qui allaite à la maison.

Le lait maternel : Ce liquide remarquable est-il une source d’Invincibilité ?

Bien qu’il soit peu probable que les sociétés anciennes aient pleinement compris la valeur nutritive du lait maternel (les scientifiques d’aujourd’hui en apprennent encore davantage sur ce liquide corporel remarquable), elles étaient conscientes de son importance. C’est ce que l’on peut voir dans le rôle vénéré accordé au lait maternel dans la mythologie. Les Grecs anciens, par exemple, croyaient que c’était le lait maternel d’Héra, la reine des dieux, qui rendait le héros Héraclès invincible. De plus, c’est le lait maternel de cette déesse qui a fabriqué la Voie lactée.

Le lait maternel était également glorifié dans les mythes de l’ancienne Mésopotami. Astarté, une déesse babylonienne importante, était considérée comme la  » Mère des seins fertiles, la Reine du Ciel, la Créatrice des êtres humains et la Mère des dieux « .

Sculpture du Népal en train d’allaiter.

Le respect accordé au lait maternel était également accordé à celles qui l’allaitaient. C’est ce que l’on peut voir, tout d’abord, dans les représentations artistiques de l’allaitement maternel. De l’ancienne civilisation égyptienne, on a trouvé des images de la déesse Isis allaitant son fils Horus.

Isis dans un marais à papyrus en train d’allaiter Horus.

L’allaitement maternel joue également un rôle important dans le mythe fondateur de Rome. Au lieu des seins d’une femme, les jumeaux Romulus et Remus ont été allaités par une louve jusqu’à ce qu’ils soient découverts par le berger Faustulus et son épouse, Acca Larentia.

Allaitement d’animaux

Romulus et Remus n’étaient pas les seuls à avoir allaité des animaux. Dans le passé, si une mère était incapable de produire suffisamment de lait pour nourrir son bébé et qu’une autre femme humaine n’était pas disponible pour prendre sa place, une femelle pouvait être utilisée pour garder l’enfant en vie. Comme dans l’histoire mythologique, la tétée directe de l’animal était préférée à la traite d’un animal pour nourrir le bébé – c’était une méthode reconnue comme étant une plus propre. Les animaux choisis à cette fin étaient des ânes, des vaches, des chèvres, des moutons ou des chiens. Certains historiens pensent que les vaches et les chèvres pourraient avoir été domestiquées spécialement à ces fins.

Sculpture d’une louve nourrissant Romulus et Remus.

Les gens avaient l’habitude de croire qu’un bébé qui se nourrissait de lait d’origine animale (et dans certains cas humaine) aurait un impact sur la personnalité de l’enfant. Le scientifique suédois Carl Linnaeus, par exemple, pensait qu’un lait de lionne favoriserait le courage. Les ânes étaient considérés comme plus moraux que les chèvres  » vigoureuses « , bien que les chèvres soient devenues les nourrices préférées des enfants trouvés au 18ème siècle.

Comment le rôle d’une nourrice était-il perçu ?

En général, les sociétés anciennes accordaient beaucoup d’importance à l’allaitement maternel. On peut supposer que les mères allaiteraient naturellement leur propre bébé, mais cela n’a pas toujours été possible, car certaines mères sont mortes pendant l’accouchement et d’autres étaient tout simplement incapables d’allaiter. En conséquence, il y avait un marché pour les femmes qui allaient nourrir l’enfant d’une autre, et on les appelait les nourrices.

L’importance de ces femmes dans les sociétés anciennes est évidente dans le respect qu’on leur porte. Dans l’Egypte ancienne, bien qu’elle appartenait à la classe des servantes, les nourrices étaient très appréciées, surtout celles qui allaitaient le pharaon. Autre exemple, dans l’ancienne Mésopotamie, le rôle des nourrices dans la société était si remarquable que des lois officialisant la relation entre une nourrice et son employeur ont été publiées par le roi babylonien Hammurabi.

18ème siècle, la vie de famille dans les maisons bourgeoises prussiennes : bébé avec nourrice

Cependant, tout le monde n’avait pas une opinion positive des nourrices. Pendant la période romaine, les familles riches pouvaient se permettre de payer des nourrices pour allaiter leurs bébés. Cette pratique a été sévèrement critiquée par des écrivains comme Cicéron et Tacite, qui étaient d’avis que les mères qui employaient des nourrices manquaient à leur devoir envers Rome, étaient décadentes et mettaient en danger la stabilité de la société.

Les nourrices ont continué pendant des siècles, mais des critiques ont également été formulées. À la fin des années 1700 et au début des années 1800, par exemple, les mouvements réformistes européens ont commencé à pousser les femmes à allaiter leur propre bébé. Et les gouvernements de certaines nations ont même commencé à jouer un rôle dans ce sujet très personnel. Le gouvernement français a déclaré que les femmes qui n’allaiteraient pas ne recevraient pas d’aide sociale en 1793. Et en 1794, les Allemands ont imposé à toutes les femmes en bonne santé l’obligation légale d’allaiter leur propre enfant. Des facteurs sociétaux et politiques ont fait qu’au début des années 1800, de nombreuses femmes déclaraient fièrement leur pratique de l’allaitement maternel.

Jeune femme allaitant son enfant (1777) par Louis-Roland Trinquesse.

Quelles étaient les autres formes anciennes d’alimentation du nourrisson ?

Outre l’allaitement maternel par une mère ou une nourrice, d’autres formes d’alimentation infantile étaient utilisées par les sociétés anciennes. Des pots en terre cuite avec de longs becs ont été mis au jour dans certaines tombes d’enfants en bas âge. On pensait qu’ils avaient été utilisés pour nourrir les nourrissons.

Ces récipients sont les précurseurs du biberon, introduit au XIXe siècle. Quant au contenu de ces pots, ce n’était pas toujours du lait, comme on pouvait s’y attendre. Il a été rapporté que les anciens Grecs nourrissaient leurs bébés avec un mélange de vin et de miel dans de tels pots.

Source

Traduction : Le Savoir Perdu Des Anciens 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here