Un groupe de hacker qui affirme avoir piraté des compagnies d’assurances impliquées dans le règlement financier de l’attaque du 11 septembre 2001 veut vendre les documents récupérés contre des Bitcoin, promettant de «fournir des réponses».

Un groupe de pirates informatiques répondant au nom de Dark Overlord, a affirmé dans un tweet et un communiqué diffusé sur le site Pastebin publiés le soir du la Saint-Sylvestre, avoir récupéré quelque 18 000 documents permettant, selon eux, de «fournir des réponses» sur les attentats du 11 septembre et de «dévoiler la vérité sur l’un des incidents les plus notables de l’histoire récente».

Le groupe, dont le compte Twitter a été suspendu et la page Pastebin supprimée, affirme avoir mis la main sur des documents, non seulement de deux des plus grands assureurs du monde, à savoir Lloyds of London et Hiscox, mais également de Silverstein Properties – à qui appartenait le World Trade Center au moment des attentats – ainsi que de plusieurs agences gouvernementales. Les pirates informatiques ne font aucun mystère quant à leur motivation : «Nous ne sommes pas des « hacktivistes ». Nous ne sommes motivés que par notre quête d’argent (Bitcoin).»

Après avoir donné des gages sur les informations qu’ils posséderaient, publiant quelques extraits notamment sur Twitter, le groupe a fourni un lien vers un document d’archive crypté. Contre des paiements en Bitcoin dont la valeur va croissante, ils promettent de révéler successivement différentes clés de déchiffrements qui permettent d’accéder aux documents. Le groupe, qui soutient que ces informations sont «plus importantes que celles d’Edward Snowden», assure dans un communiqué publié sur le site Steemit que les derniers lots à être révélés seront les plus intéressants. «Considérant nos motivations (de l’argent, en particulier des Bitcoins), nous ne sommes pas enclins à divulguer les informations les plus juteuses tant que nous ne sommes pas payés intégralement», écrit Dark Overlord.

«Vous êtes motivés par votre passion de la vérité et nous par notre amour du Bitcoin. Trouvons un terrain d’entente», écrit encore le groupe. Si les hackers cherchent à vendre ces documents à tout un chacun, ils ont également demandé une rançon aux entreprises impliquées. Ainsi ils proposent à ces dernières de garder privées les informations les concernant, notamment sur le règlement de litiges, contre le versement d’une «rançon». «Vous feriez mieux de payer, où nous vous enterrerons avec ça», menace le groupe. Au cas contraire, il affirme qu’il pourrait livrer publiquement certaines clés de déchiffrement. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here