La toxicomanie des Londoniens s’avère également nocive pour les habitants de la Tamise, ont constaté des chercheurs britanniques. Ainsi, la drogue contenue dans l’eau et s’accumulant dans les tissus des anguilles les rend hyperactives et malades, avertit The Times.

Des scientifiques affirment à The Times que la consommation de cocaïne à Londres est telle qu’il est possible d’en retrouver dans les eaux de la Tamise a un niveau menaçant la faune.

Ce niveau élevé de cocaïne dans les eaux du fleuve de la capitale britannique rend les anguilles hyperactives, démontrent des études. Les scientifiques craignent même que cela ne nuise à la faune et la flore sauvages du milieu.

Les chercheurs ont utilisé une station de surveillance près du Parlement pour évaluer les effets néfastes des pluies torrentielles qui submergent les usines de traitement des déchets et entraînent le déversement des eaux usées contenant de la cocaïne dans le cours d’eau. La drogue provient de l’urine de ses consommateurs et peut être détectée dans les eaux usées, mais doit être normalement être éliminée par traitement et dilution de l’eau. Cependant, ce système d’épuration est défaillant, ce qui a pour conséquence un niveau de cocaïne qui monte en flèche, explique l’article.

À la différence d’autres localités, la teneur de l’eau en drogue dans la capitale ne varie pas en fonction des jours. Tandis qu’en province, elle baisse pendant la semaine et remonte le weekend.

La présence de cocaïne dans les rivières, qu’elle soit jetée dans les toilettes ou contenue dans l’urine des consommateurs, a un effet néfaste sur les anguilles qui deviennent hyperactives, selon une étude relayée auparavant par The National Geographic. Les poissons connaissent aussi de nombreux problèmes de santé, la drogue s’accumulant dans les tissus y provoquant des dégradations. Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here