Une découverte inattendue dans un livre rare a le potentiel de transformer notre connaissance de l’histoire peut-être la plus célèbre de tout le Moyen Âge. Quelques pages manuscrites endommagées trouvées à l’intérieur du volume datent du XIIIe siècle et racontent les aventures de Merlin le magicien, une figure clé des légendaires contes du roi Arthur et de Camelot.

La découverte est stupéfiante et elle est déjà en train de changer notre compréhension des mythes et des légendes arthuriennes.

Sept fragments trouvés dans un vieux livre

Le Birmingham Mail rapporte que Michael Richardson, de la bibliothèque des collections spéciales de l’Université de Bristol, examinait certains volumes publiés dans les années 1500 et écrits par Jean Gerson (1363- 1429), un théologien de renom et réformateur de l’Église. Richardson, alors qu’il ouvrait l’un des livres, vit quelque chose de curieux.

Détail d’un des fragments montrant le nom Merlin.

Il a trouvé sept fragments d’un manuscrit qui avait été relié dans le livre. Intrigué, il les étudia et selon la BBC, il « reconnut un certain nombre de noms arthuriens ». Il a présumé que les morceaux de manuscrit concernaient les légendes arthuriennes, une série d’histoires qui sont probablement basées sur un roi romano-britannique qui a combattu les envahisseurs anglo-saxons après la chute de l’Empire romain.

Une nouvelle histoire de Merlin

La bibliothécaire a rapidement contacté Leah Tether, qui est une figure de proue de l’International Arthurian Society, un groupe voué à la recherche sur les légendes, l’histoire et la littérature du roi Arthur. Le Dr Tether a immédiatement constitué une équipe de spécialistes pour étudier les fragments et ils ont été stupéfaits de ce qu’ils ont découvert. « L’Irish Examiner » rapporte que les « sept pièces sont censées provenir des textes de l’ancienne version française du cycle de la Vulgate ou cycle Lancelot-Graal, qui remonte au 13e siècle ».

De gauche à droite : Leah Tether, Laura Chuhan Campbell, Michael Richardson et Benjamin Pohl avec les ouvrages dans la salle des livres rares de la bibliothèque centrale de Bristol. L’équipe d’experts enquête pour savoir si les pièces contiennent des secrets sur les légendes d’Arthur, Merlin et le Saint Graal.

Ces textes comptent parmi les plus importants de la tradition arthurienne et ont été utilisés par Thomas Mallory dans son ouvrage influent « Morte d’Arthur » (1485), qui, plus que tout autre ouvrage, a popularisé l’histoire du roi Arthur, de Merlin et de la Table ronde. Les morceaux de pages semblent relater l’histoire de Merlin, mais selon la BBC, il existe « des différences subtiles mais significatives avec l’histoire traditionnelle ».

Exemple : Arthur, Merlin, Gauvain, et d’autres chevaliers se préparent à combattre l’ennemi juré du père de Lancelot, le roi Claudas. Le récit décrit ensuite la stratégie d’attaque de Merlin, suivie d’une longue description de la bataille où, à un moment donné, Merlin motive les troupes, puis mène la charge avec l’étendard dragon spécial de Sir Kay – un étendard qui crache un véritable feu.

« Le temps et les recherches révéleront quels autres secrets sur les légendes d’Arthur, Merlin et le Saint Graal ces fragments pourraient contenir. »

« Comment Arthur par le biais de Merlin a obtenu Excalibur, son épée de la Dame du Lac », illustration pour Le Morte D’arthur.

Le scribe qui a écrit le manuscrit fournit plus de détails que dans les textes existants tels que l’ouvrage de Geoffrey de Monmouth (XIIe siècle après J.-C.) sur Merlin et ses aventures. Fait significatif, la mort de certains personnages est différente des récits traditionnels et il existe des descriptions plus détaillées d’événements clés tels que les batailles.

Plus de détails sur les légendes arthuriennes

Les chercheurs s’interrogent sur la façon dont les fragments ont été intégrés dans un livre imprimé à Strasbourg, qui faisait alors partie du Saint Empire romain, et comment ils ont fini à Bristol. Il semble que les pages en vrac aient été probablement reliées au livre en Angleterre. Les experts ont noté qu’il existe un lien étroit entre la région de Bristol et les légendes arthuriennes. Cela peut signifier que les fragments font partie d’une période antérieure.

Actuellement, des spécialistes des universités de Durham et de Bristol travaillent sur les textes et espèrent qu’ils pourront fournir encore plus de détails sur Merlin et le roi Arthur. L’écriture s’est avérée très difficile à lire et de plus, les fragments sont endommagés du fait qu’ils ont été enfermés dans le volume. Selon le Daily Mail, « des techniques d’analyse et d’infrarouge de pointe seront utilisées pour essayer de lire la prose ancienne ». Cela pourrait aider les experts à mieux comprendre les origines des mythes, ce qui a laissé les universitaires et les écrivains perplexes pendant des siècles.

Au cours du XIIe siècle, le personnage d’Arthur commence à être marginalisé par l’accrétion d’histoires secondaires « arthuriennes » comme celle de Tristan et Iseut, de John William Waterhouse.

Source

Traduction : © Le Savoir Perdu Des Anciens

Voir aussi :

Mythe et Magie : Avalon, l’île mythique de la littérature médiévale Arthurienne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here