La Mésopotamie antique était une vaste région de l’Asie occidentale qui est devenue le  » berceau de la civilisation  » en raison du grand nombre d’exploits que la culture a réalisés. L’agriculture, l’élevage et la domestication s’y sont développés il y a 8000 ans.

En 3000 avant JC, ils avaient créé les plus anciennes villes connues au monde et inventé la roue. En plus de leurs solutions avancées aux besoins pratiques d’une société, ils ont développé des traditions sophistiquées de rituels occultes et de sorcellerie, qui sont clairement documentées dans les tablettes Maqlú.

Une histoire riche

Les centaines de milliers de tablettes d’argile inscrites en cunéiforme, l’une des premières formes d’écriture qu’ils ont laissées, ont permis d’acquérir une connaissance approfondie de la civilisation mésopotamienne. Lorsque le cunéiforme a été déchiffré par les archéologues au milieu du XIXe siècle, cela signifiait que des textes comme l’Epopée de Gilgamesh pouvaient enfin être accessibles et appréciés.

L’incantation de Gula. L’écriture sur cette tablette demande à Gula et Marduk (identifié par son nom sumérien, Asalluhi) d’aider à guérir un patient qui aurait été attaqué par un fantôme.

Les Mésopotamiens étaient prolifiques dans la portée de leur écriture, et avec l’Épopée de Gilgamesh, la Bibliothèque d’Ashurbanipal contient également des tablettes détaillant les campagnes militaires, les traités, les récits détaillés du règne d’un monarque, le mythe Enûma Eliš (mythe babylonien de création) et des observations astronomiques. Les tablettes trouvées ailleurs traitent des codes de lois, des cartes, des manuels médicaux, du commerce, des disputes domestiques et de la correspondance diplomatique.

Les textes aident à comprendre la culture et la société mésopotamiennes, mais parmi des milliers d’inscriptions relativement banales, certaines se distinguent et soulignent les aspects les plus inhabituels de la vie en Mésopotamie antique.

Qu’est-ce que le Maqlú ?

Maqlú, qui signifie  » brûler « , est une œuvre composée vers 700 avant JC qui couvre neuf tablettes. Elle décrit en détail une cérémonie qui était censée contrecarrer et chasser la mauvaise magie, protéger la cible visée de la mauvaise magie et affaiblir la personne qui a lancé le sort ou la malédiction malveillante. Les huit premières tablettes comportent près de 100 incantations, et la neuvième donne des directives pour le rituel. C’est un travail destiné à aider un exorciste et son patient.

Cylindre assyrien représentant un exorcisme.

Les tablettes de Maqlú donnent des instructions détaillées pour brûler une figurine représentant la sorcière afin de dissiper les effets de leur magie, et c’est ce rituel qui donne son nom à l’inscription.

Pour qu’un texte comme Maqlú ait été créé, il faut que la société mésopotamienne ait eu besoin d’un guide comme celui-ci. Que peut nous dire Maqlú sur la sorcellerie en Mésopotamie antique ?

La pratique de la sorcellerie mésopotamienne

L’un des principaux aspects de la sorcellerie que Maqlú souligne est l’anonymat de la sorcière. Il est intéressant de noter que la cérémonie n’est pas fixée sur la découverte de qui a pratiqué la sorcellerie et a lésé le patient, elle choisit plutôt de remplacer la sorcière par une effigie sans nom et espère que les dieux sauront qui est la cible visée.

Nous pouvons aussi apprendre beaucoup du fait que pour contrer la mauvaise magie, une cérémonie magique a été entreprise par un exorciste. Maqlú, ainsi que plusieurs autres textes mésopotamiens, peignent le portrait d’une société où la magie était pratiquée légitimement et ouvertement, et illégitimement et malicieusement.

Fragment de talisman utilisé pour exorciser les malades, ère assyrienne.

Il est sous-entendu que la magie maléfique a fonctionné pendant que les pratiquants trompaient les dieux en leur faisant croire qu’ils répondaient à un besoin réel. Le rituel de Maqlú était censé fonctionner en révélant la tromperie aux dieux pour qu’ils inversent ce qu’ils avaient fait pour aider le malfaiteur. Mais nous pouvons aussi nous représenter une société dans laquelle la  » bonne  » magie faisait partie de la vie quotidienne de nombreuses personnes.

Présages mésopotamiens

L’akkadien était la langue de l’ancienne Mésopotamie, et bien que le cunéiforme ait été utilisé pendant plusieurs millénaires par différentes cultures anciennes, on estime que 30% des inscriptions cunéiformes akkadiennes survivantes concernent la sorcellerie et le surnaturel. Beaucoup d’entre elles ne sont pas de la sorcellerie telle que nous la concevons aujourd’hui sous la forme de sorts magiques et de rituels, mais des activités relevant de l’inconnu.

Tablette cunéiforme : fragment d’un présage hépatique ( Foie ) 

Bien que la Mésopotamie ait été remarquablement avancée à bien des égards, des sujets comme les corps célestes et les phénomènes naturels imprévisibles n’étaient pas entièrement compris. Ces choses étaient souvent considérées comme un moyen d’essayer de prédire et d’éviter les événements négatifs et beaucoup des inscriptions qui ont survécu sont des tentatives très détaillées d’énumérer les présages et d’aider à éviter les catastrophes.

Un texte mystique notable est l’Enuma Anu Enlil, qui donne des détails sur environ 7000 présages célestes concernant spécifiquement le roi et l’état. Le roi recevait régulièrement des mises à jour et des rapports sur les prédictions de ses érudits personnels, qui étaient chargés de déchiffrer les prémonitions.

Coupe en céramique à incantation de l’époque sassanide, 6-7ème siècle après JC.

Un autre ensemble de présages est le Šumma ālu ina mēlê šakin, qui se compose de 120 tablettes d’argile et de plus de dix mille mauvais présages liés au fait qu’il y a trop de personnes d’un même type à un moment donné. Peut-être qu’aujourd’hui, ces présages particuliers seraient perçus davantage comme du bon sens que comme de l’ésotérisme.

L’un des présages les plus inhabituels est le Šumma izbu. Ce sont des présages qui sont liés à des naissances humaines déformées et à des naissances animales bizarres telles que des animaux conjoints. Ils n’étaient pas toujours négatifs et ils étaient souvent liés au côté du corps auquel la difformité était liée – une difformité du côté droit était mauvaise, mais du côté gauche, on pouvait la considérer comme chanceuse.

Les Magiciens Professionnels

Bien que beaucoup de gens croyaient en la magie rudimentaire ou même la pratiquaient, il y avait aussi des magiciens professionnels en Mésopotamie antique. Ces magiciens professionnels auraient été des spécialistes dans un domaine particulier de la magie. Certains auraient été des spécialistes de la divination, tandis que d’autres auraient été des exorcistes professionnels. Comme dans d’autres sociétés anciennes, beaucoup de ceux qui travaillaient dans un domaine qui n’était pas entièrement compris étaient considérés comme des magiciens ; ainsi les scientifiques, les médecins et les astronomes étaient placés aux côtés des mystiques et des exorcistes.

Figurine mâle Apkallu avec une capuche en peau de poisson. Pendant la période néo-assyrienne, les praticiens de la magie protégeaient les espaces intérieurs des bâtiments en déposant un assemblage de figurines sous le plancher de la pièce. Cet artefact a probablement servi à cette tâche.

Il était également possible de se spécialiser dans ces domaines. Un groupe de mystiques spécialisés dans une forme particulière de divination était le bārû, dont les prédictions étaient basées sur la lecture du foie des animaux sacrificiels.

Des preuves de magie dans la vie de tous les jours

Il y a une tablette qui fournit la preuve de la sorcellerie quotidienne, énumérant les types de pierres et leurs associations magiques ainsi l’utilisateur saurait quel genre de pierre il doit porter pour attirer ou dissiper les dieux et déesses particuliers.

Tablette cunéiforme avec une liste de pierres magiques.

D’autres preuves de la croyance et de la pratique quotidiennes de la sorcellerie sont visibles dans une myriade d’artefacts qui ont survécu. Des figurines en argile représentant des dieux, des animaux et des créatures mystiques ont été trouvées dans des maisons à travers la Mésopotamie et elles étaient souvent cachées dans des endroits de la maison qui auraient pu être considérés comme accessibles par les esprits et démons.

De plus, il existe des preuves que les femmes enceintes portaient des pendentifs représentant la démoniaque Lamashtu, qui était connue pour attaquer les femmes enceintes et les nourrissons, dans le but de repousser son esprit et se protéger contre elle sous une forme portative.

Amulette avec un démon Lamashtu

Lorsque le cunéiforme a été décodé pour la première fois au milieu du XIXe siècle, il a permis d’accéder pour la première fois à des centaines de milliers de textes. Il a dû être surprenant d’apprendre que les habitants de l’ancienne Mésopotamie étaient si avancés et avaient fait tant de découvertes importantes. Il devait aussi être une juxtaposition majeure qu’une société qui a fait tant de sauts logiques et intellectuels croie aussi si largement en la magie, qui est perçue par beaucoup aujourd’hui comme irrationnelle.

Mais la croyance mésopotamienne en la magie devrait plutôt être considérée comme une preuve supplémentaire de leur rationalité et de leur intelligence. L’exorcisme rituel décrit dans le Maqlú est peut-être facile à dénigrer aujourd’hui, mais il apporte soulagement et réconfort à la victime. Peut-être plus important encore, il dissipait et punissait la sorcière de manière anonyme, évitant ainsi toute chasse aux sorcières publique, ce qui aurait abouti à la violence et à la confrontation.

Source

Traduction : © Le Savoir Perdu Des Anciens

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here