RemoveDEBRIS est un satellite européen qui ambitionne de vider l’orbite terrestre de ses millions de débris. Et l’instrument vient de passer (avec succès) le test du harpon.

Assainir l’espace

Au-dessus de nos têtes, on dénombre environ 750 000 débris de plus d’un centimètre, et plusieurs millions de débris ne mesurant que quelques millimètres. Vous retrouverez dans cette « poubelle de l’espace » d’anciens lanceurs de fusées, des vis, des boulons, des satellites abandonnés. Et c’est un gros problème. Certains de ces débris tournent en effet autour de la Terre à des vitesses faramineuses, se déplaçant parfois plus rapidement qu’une balle de pistolet. L’espace est donc encombré et dangereux, mettant potentiellement en péril les futures missions spatiales. Il faut donc l’assainir.

Lancé le 2 avril 2018, le satellite expérimental RemoveDEBRIS, fruit du travail de l’Agence spatiale européenne (ESA), du Surrey Satellite Technology Ltd (SSTL) et d’Airbus, vise à tester plusieurs techniques de collecte et de retrait de ces débris spatiaux. L’une de ces techniques, testée en septembre dernier, consistait à déployer un filet de 5 mètres de diamètre sur un débris simulé. L’opération s’était déroulée avec succès. Le débris avait en effet été récupéré à une distance de 7 mètres, juste avant que ce dernier ne s’échappe de l’orbite terrestre.

Harponnage réussi

La technique du filet pourrait fonctionner donc, en théorie. Qu’en est-il maintenant du harponnage, testé il y a quelques jours ? L’idée consistait ici à projeter un harpon propulsé à 20 mètres par seconde pour capturer un débris spatial avant de le ramener vers le satellite. Comme on le voit dans la vidéo ci-dessous, la technique semble également fonctionner, même si des ajustements devront être pensés. Une fois harponné, le débris entame en effet une rotation dangereuse qui pourrait déstabiliser le satellite. L’idée serait alors de pouvoir permettre une certaine rigidité au câble dans le but d’immobiliser complètement la cible.

« Le harpon est l’expérience la plus exigeante du programme RemoveDEBRIS, et le fait que ce soit un succès est une véritable concrétisation pour tous les participants, a déclaré le professeur Guglielmo Aglietti, directeur du centre spatial de l’Université de Surrey (Royaume-Uni). Le projet RemoveDEBRIS fournit de solides preuves de ce que l’on peut réaliser avec le pouvoir de la collaboration : rassembler l’expérience acquise dans l’industrie et dans le domaine de la recherche afin de réaliser quelque chose de vraiment remarquable ».

La prochaine et dernière expérience consistera à déployer une voile qui permettra au satellite d’entrer et de se consumer plus rapidement dans l’atmosphère terrestre. Une fois son travail achevé, il n’est en effet pas question de le laisser en orbite autour de la Terre (ce serait tout de même un comble). Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here