À partir du 22 mars, le musée de la Pulitzer Arts Foundation à Saint-Louis dans le Missouri, aux États-Unis, propose une exposition consacrée aux nez cassés et mains mutilées d’œuvres de l’Égypte antique. Celles-ci n’auraient pas été victimes du temps, mais d’actes de vandalisme. Les coupables ? Les pilleurs de tombes, les ennemis politiques et les chrétiens.

Pourquoi les sculptures égyptiennes antiques ont toujours le nez cassé ? C’est une question que l’archéologue américain Edward Bleiberg se pose depuis longtemps. Pour tenter d’y répondre, cet égyptologue qui travaille au Brooklyn Museum, à New York, a imaginé une exposition en collaboration avec le musée de la Pulitzer Arts Foundation, à Saint-Louis dans le Missouri : intitulée Un pouvoir puissant : l’iconoclasme dans l’Égypte antique, celle-ci se tiendra du 22 mars au 11 août 2019.

À travers une quarantaine d’œuvres, cette exposition s’intéresse à l’iconoclasme, c’est-à-dire la détérioration volontaire des représentations religieuses de type figuratif, pendant l’Antiquité égyptienne. Les œuvres rassemblées datent du XXVe siècle avant J.-C. au Ier siècle après J.-C. Ces bustes, statues, stèles, sarcophages, bas-reliefs qui décoraient des tombeaux et des temples, ont été abîmés et mutilés.

Des représentations redoutées

Pour Edward Bleiberg, tous ces nez n’ont pas été cassés par hasard. « La similarité des dégâts observés sur les sculptures laisse penser que c’est intentionnel », explique-t-il au magazine en ligne spécialisé en art Artsy.

Cette représentation du pharaon Hatchepsout a été réalisée vers 1478 – 1458 avant JC. Sa barbe et son nez ont été coupés. (Photo : Brooklyn Museum / CC BY 3.0)
Ce visage ornait un sarcophage réalisé vers 332-330 avant Jésus Christ. (Photo : Brooklyn Museum)

Ces actes de vandalisme ont été perpétrés par des voleurs, de pilleurs de tombes ou pour des motifs politiques et religieux. Une grande partie de ces œuvres a été détériorée pendant l’Antiquité tardive (à partir du IIIe siècle) par des chrétiens qui « pensaient qu’ils abritaient des forces spirituelles dangereuses », explique le communiqué de presse de l’exposition.

« En Égypte ancienne, les objets n’ont pas pour unique fonction de représenter. On considère également qu’ils contiennent une énergie spirituelle intense, puissante », détaille le document. La dégradation de la représentation d’une forme humaine est prise au sérieux. Les Égyptiens croyaient qu’« abîmer une représentation affectait la personne représentée », précise Edward Bleiberg.

Les hiéroglyphes donnent un aperçu de cette croyance. Des fresques racontent que les soldats sur le point de combattre confectionnaient une représentation en cire de leur ennemi et la détruisaient.

Détruire pour se protéger des représailles

Les représentations de figures humaines sont à la fois convoitées et redoutées. « Elles ont toutes un lien avec le surnaturel », explique Edward Bleiberg, et elles ont une fonction bien précise. Dans les tombeaux, elles aident la personne décédée à survivre dans l’au-delà, en lui offrant notamment de la nourriture. Dans les temples, elles mettent en scène des élites qui font des offrandes aux dieux afin de se protéger.

Vandaliser ces œuvres avait donc pour but de « désactiver la force d’une image », explique Edward Bleiberg. Sans son nez, la figure humaine ne peut plus respirer. Elle est ainsi « assassinée » et ne peut plus remplir son rôle de protecteur. Les vandales craignaient les représailles et pensaient qu’en détruisant un détail capital de la représentation, la personne décédée ou les dieux ne pourraient plus se venger.

Pas de main, pas de nourriture

D’ailleurs, les nez ne sont pas les seules parties du corps et attributs qui ont été détruits. Les vandales ont également coupé la barbe du pharaon Hatchepsout, « symbole de légitimité royale », la couronne du pharaon Akhenaton, les oreilles afin que les prières ne soient plus entendues ainsi que les mains qui reçoivent les offrandes ou vont chercher de la nourriture pour survivre dans l’au-delà.

La Stèle de Setju, vers 2500-2350 avant JC, a été détériorée au niveau du nez et de la main droite. (Photo : Brooklyn Museum)
Détail de la Stèle de Setju. (Photo : Brooklyn Museum / CC BY 3.0)

C’est le cas de la Stèle de Setju. Ce monument retrouvé dans un tombeau représente un noble, Setju, assis, la main dirigée vers une table. « Les dégâts infligés au visage de Setju et à sa main droite ont probablement été perpétrés par des personnes, des pilleurs de tombes ou des ennemis politiques, qui souhaitaient le priver de toute source de nourriture et de pouvoir dans sa prochaine vie, afin qu’il ne cherche pas à se venger de leurs crimes », explique le communiqué de presse.

Vandaliser une œuvre d’art, surtout si elle date, est aujourd’hui très mal vu et souvent puni par la loi. Cependant, comme le rappelle Edward Bleiberg, les Égyptiens ne considéraient pas ces objets comme de l’art. Pour eux, ces réalisations étaient avant tout un « équipement » pour se protéger de leur vivant et dans leur vie après la mort. Source

Cette représentation d’Amenhotep, fils de Hapou, qui date d’environ 1426 avant J.-C., a été mutilée. (Photo : Brooklyn Museum)

11 Commentaires

  1. Qu’est ce que vous ne comprenez pas ? Puisque les imposteurs prétendent être les pharaons d’Égypte antique , alors, il faut détruire le nez qui fait la différence entre soit disant noir et blanc sur ces sculptures pour confondre la vérité parce que ces sculptures n’ont pas les nez longsur comme ils les préféraient à leur ressemblance, pour que l’histoire fasse croire que c’était eux les pharaons , oubliant que les noms parlent kamite et désignent les kamites comme les origines de l’histoire.
    Je vais vous dire une chose, quoi que vous fassiez , ce peuple reste le même .

  2. Pourquoi chercher aussi loin ???
    C’est juste parce que les nez indiquaient la race . En cassant les nez on ne peut pas identifier l’origine des individus representes .

    • Tout à fait d’accord, les pharaons étaient black avec des narines larges et représenté le pouvoir part l’image des blacks c’est pas possible politiquement parlant.

  3. Toutes les statuts de l’Égypte ancienne on des nez casé car elle représente les habitants de l’époque a savoir des noirs. Étant donné qu’il faudrait expliquer comment u pays et son régime politique on pu durée 35 siècle sans prison. Comment il pouvait avoir une tel stabilité alors que depuis 6 siècle on nous dit que les noirs n’ont rien accompli… Il y a aussi la volonté politique d’extraire l’Égypte d’incontinence africain. Pratiquement tout ce qui est moderne trouve une origine en Egypte. De la simple sandale au ordinateur de pointe que nous connaissons aujourd’hui. Reconnaître que ces statuts représente des noirs ouvre la porte a de nombreuses questions… Et je pense pas que tout le monde soit prêt à donner les reponses

  4. Mon dieu…..
    Tant de stupidités tant dans l’article que dans les commentaires.
    Hormis peut être les cas d’Akhenaton ou d’autres souverains ayant fait l’objet d’une damnatio memoriae, cet article ne tient pas la route.
    Je passerai tous les arguments plus ou moins valables qu’on pourrait retenir contre cette théorie pour ne retenir que le principal….
    Toutes les sculptures antiques ou presque, y compris paléochrétiennes, retrouvées ou non en contexte funéraire, et alors que les pratiques funéraires ont évolué dans le temps, présentent des traces de mutilation. Rien de particulier à l’Égypte donc…
    Pressé par l’appât du gain, le pilleur ( irrespectueux des rites et n’etant pas croyant puisque pilleur) a autre chose à faire que mutiler une sculpture de façon méthodique. Le gars risque quand même sa vie !!!!
    Par ailleurs, la dynastie des Ptolémées était….grecque….avec un nez bien droit, donc….pas de phénotype épaté donc….et pourtant, leurs statues sont aussi mutilées

    • Incohérent : Pressé par l’appât du gain, le pilleur ( irrespectueux des rites et n’etant pas croyant puisque pilleur) a autre chose à faire que mutiler une sculpture de façon méthodique. Le gars risque quand même sa vie !!!!

  5. Les chrétiens ? Ils ont surtout été persécutés et massacrés sous l’empire romain. C’est peut être du côté des romains polythéistes et aussi des arabo musulmans par la suite qui ont largement détruit les restes des civilisations pré islamiques. On a vu les destructions en Afghanistan avec les talibans et en Syrie/Irak avec Daesh.

  6. Le pire dans la mystification et le mensonge et même les rêves éveillés ce que personne ne les évidences qui sont là devant ses yeux ?!!? les traits du visage peu importe la statue et son époque indique bel et bien la réalité de cette époque il n’y avait pas cette prétendue différence raciale cher a ceux qui vaillent réduire l’histoire humaine a cette falsification de leur propre cru et qui sert leur projets…principalement construit sur la notion de race inventé et mensongère et rien d’autre…car toutes ces statues ont des traits commun et intermédiaires de la basse haute Egypte et de toutes les régions voisines…pharaon et une fonction et un régime…un système et mode de pensée qui n’intègre pas toute ces élucubrations absurde ?!!?

Répondre à Israel Annuler la réponse

Please enter your comment!
Please enter your name here