Le succès annoncé de l’exposition Toutânkhamon qui se tiendra à Paris (La Villette, du 23 mars au 15 septembre 2019) est à l’image de notre fascination pour l’Égypte antique. Une folle passion qui en dit long sur nous-mêmes, nos rêves et nos fantasmes.

L’Égypte nous émeut, nous trouble, nous séduit. Cette égyptomanie, ou « folie de l’Égypte », ne date pas d’hier. On en perçoit déjà les prémices à Rome, il y a 2 000 ans. Le culte des divinités égyptiennes avait alors conquis l’Empire romain jusque dans ses confins les plus éloignés, comme la Bretagne ou la Germanie.

L’empereur Hadrien (117-138 apr. J.-C.) avait visité la terre des pharaons. Il avait aussi fait représenter Antinoüs, son bel amant défunt, mort noyé par accident dans le Nil, sous l’apparence du dieu Osiris.

Statue d’Antinoüs-Osiris, II ème siècle ap JC , Musée du Vatican. Site des musées du Vatican

Mais c’est surtout l’expédition de Bonaparte en Égypte (1798-1801) qui a servi de moteur à l’égyptomanie occidentale. À partir de la fin du XVIIIe siècle, les pharaons sont à la mode : on fabrique des bureaux, des fauteuils, des lampadaires de type égyptien. Les éléments pharaoniques inspirent les architectes et les sculpteurs qui réalisent les sphinx de la place du Châtelet, à Paris, ou encore les chapiteaux du passage du Caire, ornés du visage de l’antique déesse Hathor.

Au même moment, des peintres recréent à leur manière des scènes de la vie au pays des pharaons, comme François Édouard Picot et Abel de Pujol qui peignent les plafonds du département égyptien du Louvre.

En musique, le goût pharaonique est consacré par Aïda (1870), opéra de Verdi, aux somptueuses mises en scène, dont l’histoire a pour cadre l’Égypte antique.

Le cinéma prend le relais au XXe siècle, à travers des superproductions, comme Les Dix Commandements de Cecil B. De Mille (1956) ou La Momie de Stephen Sommers (1999).

L’Égypte et la mort

Cette égyptomanie a pour origine plusieurs thèmes : d’abord le lien étroit entre l’Égypte et la mort. Une obsession pour les Égyptiens qui passaient une grande partie de leur vie à préparer leur décès, en faisant construire le tombeau qui devrait faciliter leur passage dans l’au-delà et leur renaissance.

C’est ainsi que les pharaons de l’Ancien Empire érigèrent les fameuses pyramides dont la forme lisse ou à degrés symbolisait l’élévation de l’âme vers le ciel. La pyramide était conçue comme une sorte d’escalier ou d’ascenseur céleste.

À ces sépultures colossales s’ajoute la pratique de la momification. Pour que le défunt puisse renaître, il fallait que son corps ne soit pas endommagé. C’est pourquoi les Égyptiens ont inventé l’art d’embaumer les cadavres pour les conserver.

Momie de Ramsès II

Le résultat est absolument saisissant : plus de 3 000 ans après sa mort, nous pouvons encore contempler le visage de Ramsès II : son nez busqué, son front dégarni et ses cheveux soyeux aux teintes orangées. Il semble nous tendre sa main gauche légèrement soulevée au-dessus de sa poitrine. Le grand rouquin d’un mètre 75 paraît endormi. Chut !

Un art séduisant

Le succès de l’Égypte est aussi le produit d’une séduction artistique. Contemplez le masque en or de Toutânkhamon.

Masque funéraire en or de Toutânkhamon, Musée du Caire.

Vous êtes aussitôt pénétrés d’un sentiment de perfection et de jeunesse éternelle. Une sorte d’extase mystique face à ce visage d’or, les yeux cerclés de khôl et les oreilles percées. Une image presque androgyne.

Champollion qui n’eut pas la chance de pouvoir admirer le trésor de Toutânkhamon avait jeté son dévolu sur la magnifique statue de Ramsès II, aujourd’hui au musée de Turin (Italie). Il était tombé amoureux de cette œuvre qu’il qualifiait d’Apollon égyptien.

La figure du pharaon

La figure du pharaon constitue à elle seule un fantasme. Le souverain d’Égypte fascine, car il a possédé ce que la plupart des hommes et des femmes rêvent d’avoir : la puissance, la gloire et la richesse. Il a même acquis une forme d’immortalité puisque le monde se passionne aujourd’hui encore pour des personnages comme Toutankhamon ou Ramsès II. Aucune autre figure historique, disparue il y a plus de 3 000 ans, ne peut se prévaloir d’un succès comparable.

La reine égyptienne fantasmée

L’Égypte ancienne est étroitement associée, dans notre imaginaire, à une figure féminine tout aussi incontournable que le pharaon : la reine égyptienne, forcément séduisante et un brin cruelle, ou du moins sans états d’âme. Dans ce rôle, Elizabeth Taylor en Cléopâtre, dans le film de Joseph L. Mankiewicz (1963), paraît difficilement détrônable. En outre, l’extraordinaire actrice passait alors pour la plus belle femme du monde.

Depuis la sortie du film du Mankiewicz, l’égyptomanie s’est démultipliée, envahissant le monde de la mode et la culture populaire.

Patricia Velasquez en Ankhsunamon, dans La Momie (1999).

Patricia Velasquez, incarnation d’Ankhsunamon (un nom dérivé de celui de l’épouse de Toutânkhamon), dans La Momie de Stephen Sommers, concentre à elle seule toutes les caractéristiques de la reine d’Égypte fantasmée : une féminité puissante, des tenues sexy, un cocktail explosif d’exotisme et d’érotisme.

Queens et égyptomanie américaine

Depuis quelques années, la passion de l’Égypte est réactualisée à travers la musique et les clips. Michael Jackson lança cette mode, en 1991 avec sa chanson Remember the Time. Le pharaon Eddy Murphy y trône aux côtés de la top-model Iman vêtue en Néfertiti.

En 2014, c’est Katy Perry qui revêt les attributs d’une reine égyptienne. C’est aussi dans ce contexte d’égyptomanie américaine que la rappeuse Nicki Minaj a sorti, en août 2018, un album intitulé Queen.

Nicki Minaj sur la pochette de son album Queen (2018).

Dans le titre d’ouverture, Ganja burn, mélange de reggae et de hip-hop, la chanteuse incarne une reine qui, après avoir été tuée par ses ennemis, renaît de ses cendres, ressuscite son armée puis se revêt de sa parure royale, inspirée de l’imagerie pharaonique : diadème en or, oreilles de félin, petites cornes et disque au-dessus du front.

Le clip réunit quelques-uns des principaux ingrédients de l’égyptomanie : mort et résurrection, érotisme et rêve de puissance.

Nicki Minaj – en tournée en Europe au printemps 2019 – de même que l’exposition Toutânkhamon témoignent, dans des genres radicalement différents, de notre extraordinaire fascination pour l’Égypte, ses pharaons et ses déesses-reines. L’Égypte ancienne est une véritable machine à fantasmes, toujours adaptables et en parfaite adéquation avec nos désirs d’aujourd’hui. Source

1 COMMENTAIRE

  1. Comme pour tout ce qui touche aux informations globales, la fascination pour l’Egypte est une phénomène parfaitement fabriquée. L’on eut pu obtenir autant de fascination en promouvant pendant des décennies l’immense culture européenne avec toute sa longue histoire toujours vivante malgré le travail de sape systématique organisé par les mondialistes promoteurs du Nouvel Ordre Mondial Economique Total, lequel ne peut advenir que si les nations et leur culture singulière (la mémoire des peuples) est discréditée.

    La déliquescence programmée de l’Ordre Ancien (nations, républiques dont certaines sont encore théâtralisées par le maintien d’une royauté d’opérette, Histoire nationale…) au profit d’une histoire artificielle basée sur le « bien vivre ensemble », le « citoyen du monde », le tout posé sur un autre délire nommé droit-de-l’homme, ne pourra jamais produire une grande civilisation. On ne construit aucun empire grand, puissant, noble et pérenne sur une méga société dont l’unique religion est la fascination de l’argent, du profit, de la rente sans limite et du divertissement crétin pour tous.

    Ce monde artificiel est un géant de papier. Ceux qui l’ont mis en place et tentent de l’imposer partout par la violence et le crime massif (EU et ses vassaux européens choisis et soumis) ont donc besoin de focaliser les masses abruties sur un modèle culturel impérial grandiose dont l’essence était basé sur ce qui manque totalement à notre époque : une mystique puissante qui relie l’homme à plus grand que lui, c’est-à-dire aux Cieux.

    La post modernité occidentale étant totalement creuse, pathologiquement atteinte et au bord de l’anéantissement par implosions intérieures à la fois voulue et incontrôlée, elle est comme le Titanic où les musiciens continuèrent à jouer pendant le lent engloutissement du paquebot. Les opérations multi annuelles visant à mettre en scène des successions d’événements culturelles sous forme d’expositions à grands thèmes, dont en ce moment Toutankâmon que l’on nous ressert comme on nous l’a déjà servi il y a pas mal d’années, n’est que la énième opération de racolage pseudo culturel qui, par ailleurs, rapportera beaucoup d’argent aux organisateurs majoritairement privés de cette festivité au sens « Murraynien » du terme.

    Ne sont fascinés que ceux qui en effet n’ont plus grand chose à admirer dans leur propre civilisation. Nos cultures étant consciencieusement ringardisées, réécrites selon des besoins propagandistes, il devient alors jeu d’enfant que d’organiser des mises en scènes culturelles comme celle de l’Egypte, laquelle d’ailleurs est réécrite depuis des lustres selon des théories aberrantes que les « experts en égyptologie » (sans rire) entretiennent comme le saint graal. Ils en croquent, grassement, ils n’ont donc pas l’intention de changer quoi que ce soit.

    Les grandes expos sont comme le cinéma industriel que l’on sert toute l’année aux masses : des manifestations de la grande propagande fabriquée par un Occident en phase terminale et qui, comme un soldat moribond, essaie encore de se tenir debout alors même qu’il vacille avant sa chute finale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here