Raté. La sonde spatiale israélienne Beresheet s’est écrasée sur la Lune, ce jeudi soir. Cette sorte de grosse araignée à cinq pattes est venue s’ajouter à la longue liste des déchets lunaires. Poches d’urine, caméras et bidules en tout genre : 180 tonnes de détritus jonchaient déjà notre satellite.

Les missions Apollo entre 1969 et 1972 ont laissé pas mal de détritus sur la surface de la Lune. Si vous vous y rendiez demain, vous pourriez ainsi trouver une branche d’olivier dorée, une bible, des coupe-ongles, des bottes, des billets de banque, une épingle à cravate, beaucoup d’objectifs photo et divers équipements de prise de vue… Et pas mal d’excréments aussi : les douze hommes qui ont marché sur la Lune ont abandonné sur place 96 sacs contenant du vomi, des selles et de l’urine…

La plume de faucon et le marteau apportés par la mission Apollo 15 sont encore sur la Lune. (Photo : Nasa)

En tout, la Nasa catalogue 809 objets venus de la Terre laissés sur la Lune, les plus lourds étant les modules lunaires, les sondes et autres outils scientifiques amenés par les missions de l’agence spatiale américaine. Plusieurs modules spatiaux ont également été lancés par les agences spatiales japonaises, indiennes, européennes et soviétiques sans personnel à bord et jonchent encore la surface lunaire.

La sonde israélienne Beresheet, qui s’est écrasée ce jeudi soir, vient s’ajouter à la liste. Elle pesait 585 kg au décollage. Le carburant en représentait la majeure partie. Au moment de l’alunissage raté, elle pesait environ 150 kg.

Ce portrait de famille a été laissé par Charles Duke de la mission Apollo 16. Au dos de celui-ci, il est inscrit : « Famille de l’astronaute Duke de la planète Terre. Arrivé sur la Lune en Avril 1972. » (Photo : Nasa)

Même si le poids de tous ces objets reste difficile à connaître précisément, on l’évalue à 180 tonnes. Une estimation qui semble raisonnable à William Barry, l’historien en chef de la Nasa, interviewé par le site Live Science. « La préoccupation principale de la Nasa, c’était : les membres de l’équipage peuvent-ils arriver sur la Lune sans encombre ? Peuvent-ils prélever les échantillons dont ils ont besoin ? Et peut-on les ramener sur Terre en un seul morceau ? explique l’historien. Les ingénieurs n’ont pas pensé à grand-chose d’autre… » La volonté, c’était de réduire le poids pour le voyage retour pour pouvoir rapporter des souvenirs lunaires.

Des détritus pas complètement inutiles

Pour la Nasa, certains de ces objets peuvent encore avoir une valeur. Oui, même les poches d’urine. Les chercheurs peuvent en effet étudier la manière dont les matériaux de tous ces différents objets s’érodent dans le temps face aux radiations et au vide cosmique.

Le réflecteur lunaire installé sur la Lune dans le cadre de l’expérience dite Télémétrie laser-Lune (ou Lunar Laser Ranging Experiment, LLR) (Photo : Nasa)

Récemment, la Nasa a annoncé qu’elle aimerait ramener sur Terre les sacs d’excréments de ses astronautes. Par pour des raisons environnementales, mais pour étudier comment la vie microbienne – ça grouillait, là-dedans – a survécu (ou pas) dans les conditions extrêmes auxquelles elle a été exposée.

D’autres objets sont encore utilisés par les astronomes aujourd’hui, comme le réflecteur lunaire déposé par l’équipage d’Apollo 11, qui reflète des lasers émis depuis la Terre et permet de calculer la distance qui nous sépare de notre satellite naturel. Source

2 Commentaires

  1. Et au nom de quoi devrions-nous croire que des images (!) sont une preuve que tout ce cirque se serait déroulé sur la lune ??
    Simple question de bon sens et surtout, de prudence. Une image ne vaudra jamais le constat de visu… n’en déplaise aux milliards de niais qui fabriquent leurs croyances sur le simple fait d’images balancées à jet continu sur un réseau mondial qui réunit surtout des esprits zombifiés.

  2. Trop bien, il avait pris pris une plume de faux-con dans sa valise, normal quand on va sur la lune, mais en trouver une en bonne état, ça non !
    il a même laissé trainer de la feuille d’or, eh ben !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here