Xerxès Ier, également connu sous le nom de Xerxès le Grand, était un Roi Achéménide du 5 eme siècle de l’empire perse. Il est surtout connu pour avoir mené l’invasion massive de la Grèce, marquée par les batailles des Thermopyles, Salamis et Plataea.

Dans la culture populaire moderne, Xerxès est peut-être mieux connu comme l’antagoniste principal du film 300 de Frank Miller, un film basé sur la série de comics qui porte le même nom. Dans ces œuvres modernes, Xerxès, comme  » l’autre « , est dépeint, entre autres, comme efféminé, despotique et décadent. D’une certaine manière, ces qualités servent à mettre en évidence la différence entre Xerxès et ses adversaires grecs, en particulier le roi Spartiate qui s’est opposé à lui aux Thermopyles, Léonidas.

Xerxès dans le film « 300 »

De telles représentations négatives de Xerxès (et des Perses en général), cependant, ne sont pas limitées aux temps modernes, et existaient déjà du vivant du roi. Comme on pouvait s’y attendre, ces représentations ont souvent été faites par ses ennemis grecs .

Qui était Xerxès le Grand ?

Xerxès le Grand est né en 519 avant JC et est mort à Persépolis, l’Iran d’aujourd’hui. Il était le fils d’Atossa, la fille du roi Achéménide Cyrus le Grand, et du roi Darius Ier et devint l’héritier de préférence à son frère aîné en raison de sa lignée par rapport à Cyrus (que son frère aîné n’avait pas reçue car il n’était pas le fils d’Atossa).

Xerxès régna sur l’empire achéménide de 486 à 465 avant JC. Son règne est surtout marqué par les campagnes perses contre la Grèce et les batailles des Thermopyles, de Salamine et de Platées ce qui peut expliquer en partie pourquoi le roi persan a été fortement critiqué par les écrivains (surtout les Grecs anciens) au cours des années. L’une des plus célèbres d’entre elles se trouve dans la pièce d’Eschyle, « Les Perses ».

Xerxès dans  »Les Perses »

Eschyle  »Les Perses » est une tragédie qui a été produite pour la première fois en 472 avant JC et était la deuxième pièce d’une production de quatre pièces qui a remporté le premier prix au festival Dionysies à Athènes cette année-là. Les deux personnages dont on dit qu’ils ont le plus de  » temps d’antenne  » dans la pièce sont Atossa, la mère de Xerxès, et le fantôme de Darius, le père de Xerxès. Néanmoins, la pièce (y compris les conversations d’Atossa et du fantôme de Darius) tourne autour de l’expédition de Xerxès contre la Grèce et sa défaite à la bataille de Salamine. De plus, Xerxès fait une apparition vers la fin de la pièce.

Buste d’Atossa

Dans « les Perses » Xerxès a été dépeint plutôt négativement. Une de ses qualités indésirables dans cette pièce est l’orgueil. Par exemple, au cours de la conversation entre Atossa et le fantôme de son mari, le roi mort a souligné que l’orgueil excessif de Xerxès lui faisait croire qu’il pouvait asservir même les dieux,

Alors qu’il espérait / Lier le sacré Hellespont, tenir / Le Bosphore en furie, comme un esclave, enchaîné, / …. et gonflé de pensées / Presomptueux, jugé, mortel vain ! Que son pouvoir s’élève au-dessus des dieux et de la puissance de Neptune.

Néanmoins, l’orgueil était un motif courant dans la mythologie grecque, et de nombreux personnages grecs, tels qu’Œdipe et Bellérophon, sont également connus pour avoir souffert d’orgueil. Une caractéristique qui sépare peut-être Xerxès de ces caractères grecs est son comportement en tant qu « homme de l’Orient »

Pour les Grecs de l’Antiquité, les Orientaux étaient considérés comme leurs contraires. Ainsi, par exemple, dans « Les Perses », Xerxès est dépeint par Eschyle comme celui qui est incapable de contrôler ses émotions. Pendant une grande partie du temps de Xerxès sur scène, c’est un homme complètement consumé par le chagrin, pleurant ses malheurs contre les Grecs et faisant des exclamations dénuées de sens telles que « oioi », « Ieh, ieh !

Relief rocheux de Xerxès sur sa tombe à Naqsh-e Rustam.

Comment Hérodote dépeint Xerxès

Xerxès est également traité de façon défavorable dans « Les Histoires » d’Hérodote, surtout lorsqu’on le compare à d’autres monarques persans mentionnés dans l’ouvrage, tels que Cyrus et Darius I. Néanmoins, l’expédition ratée de Xerxès contre la Grèce ne fut pas entièrement placée par Hérodote sur ses épaules. Au lieu de cela, le blâme est mis sur Mardonius, l’un des cousins de Xerxès, et une figure influente de la cour persane.

Selon Hérodote, Xerxès était initialement réticent à envahir la Grèce, mais a été persuadé de le faire par Mardonius, qui avait des motifs personnels pour cette campagne,

Alors que Xerxès était d’abord plutôt réticent à faire la guerre à la Grèce… Mardonius soutenait cela parce qu’il voulait faire bouger les choses et aussi pour devenir le gouverneur de la Grèce. Finalement, il a réussi à convaincre Xerxès d’adopter son point de vue.

Le début de la fin d’un empire

Alors que la campagne grecque de Xerxès fut finalement un échec, il parvint à réprimer les révoltes en Babylonie et en Egypte, maintenant ainsi ces régions dans l’Empire achéménide. De plus, Xerxès aurait entretenu la Route Royale, une ancienne route réorganisée et reconstruite par le père de Xerxès, et louée par Hérodote pour la rapidité avec laquelle les hommes pouvaient voyager. De plus, après son retour de Grèce, Xerxès a poursuivi un certain nombre de projets architecturaux laissés inachevés par Darius I.

Deux des structures les plus connues achevées par Xerxès sont la Porte de tous les Peuples et la Salle des Cent Colonnes. Pourtant, à la suite de l’échec de l’expédition grecque, ces projets ont épuisé les coffres de l’empire et accablé les sujets de Xerxès par de lourdes taxes.

Lorsqu’une tempête a brisé le pont de l’Hellespont, Xerxès a fait fouetter la mer 300 fois et des chaînes y sont tombées.Un nouveau pont, formé de barques et de bateaux solidement arrimés les uns aux autres, est alors mis en chantier.

Xerxès assistant à l’arrimage et au « chaînage » de l’Hellespont (Illustration de 1909). ( Domaine public) Lorsqu’une tempête a brisé les ponts au-dessus de l’Hellespont, Xerxès a fait fouetter les eaux 300 fois et y a fait tomber des chaînes comme marque d’esclavage.

Xerxès, cependant, semble avoir été aveugle à tous ces problèmes, ou s’il les a remarqués, il n’a rien fait à ce sujet. Il a continué à faire ce qu’il voulait, et c’est pourquoi on dit que son règne marque le début du déclin de l’Empire achéménide.

Finalement, Xerxès fut assassiné par l’un de ses propres ministres, Artaban, qui avait l’intention de s’asseoir sur le trône Perse. Ce plan échoua, car Artaban fut ensuite tué par un des fils de Xerxès, Artaxerxès, qui devint le prochain roi achéménide.

Source

Traduction : © Le Savoir Perdu Des Anciens

Voir aussi : Naqsh-e Rostam : Les anciennes tombes des puissants rois perses

—>Pour soutenir le site <—

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here