Gauche : La main avec une roue sur la paume symbolise vœu de non-violence dans la jaïnisme. Le mot au milieu est "Ahimsa". Milieu : La planète Terre. Droite - Statue de Mahavira, Le porteur du flambeau d'Ahimsa.

Ahimsa est un ancien concept multidimensionnel qui souligne fortement l’importance de la non-violence et de la compassion envers tous les êtres vivants.

Il ne faut pas blesser quelqu’un non seulement par ses actions, mais aussi par ses pensées et ses paroles. Le concept Ahimsa est basé sur la croyance que toutes les créatures vivantes ont l’étincelle de l’énergie spirituelle divine. Cela signifie que si vous blessez quelqu’un, vous vous blessez vous-même et la violence a des conséquences karmiques.

Ahimsa joue un rôle important dans le jaïnisme, l’hindouisme et le bouddhisme. De nombreuses personnalités croyaient fermement en la pratique d’Ahimsa, dont le Mahatma Gandhi (1869-1948) qui, avant d’être victime d’assassinat, a inspiré des mouvements pour les droits civils et la liberté partout dans le monde.

Ahimsa – Pilier principal du jaïnisme

La pratique d’Ahimsa est particulièrement forte chez les Jains. Dans le Jaïnisme, une ancienne religion de l’Inde, le but est de libérer l’âme. Ceci est accompli par la réincarnation.

Comme les bouddhistes, les Jaïns croient en la réincarnation, mais le jaïnisme est basé sur des croyances ascétiques plus strictes. Selon le Jaïnisme, tous les animaux et toutes les plantes, ainsi que les êtres humains, contiennent des âmes vivantes. Toutes ces âmes sont égales en valeur et tout le monde doit être traité avec le même respect. Le concept de nocivité d’Ahimsa ne s’applique pas seulement aux humains et aux grands animaux, mais aussi aux insectes, aux plantes et aux microbes.

Les jaïns sont des végétariens stricts et beaucoup s’abstiennent de manger des légumes-racines comme les pommes de terre et les oignons. C’est parce que la consommation de la racine d’une plante signifie que la plante entière meurt. Les jaïns peuvent manger les feuilles d’une plante, mais pas les légumes-racines.

La violence dans le jaïnisme n’est tolérée que dans des situations d’autodéfense et de danger de mort.

Point de vue d’Ahimsa dans le bouddhisme et l’hindouisme

Ahimsa est un concept important dans le bouddhisme et l’hindouisme. Cependant, l’observance de l’ahimsa n’est pas aussi stricte que dans le jaïnisme. L’empereur Ashoka (304 avant JC – 232 avant JC) était un disciple d’Ahimsa. Ashoka pensait que tous les êtres vivants devraient jouir de la sécurité, de la paix, du bonheur et vivre en liberté. Il prêchait le végétarisme et dans ses inscriptions du IIIe siècle avant notre ère, il soulignait le caractère sacré de la vie animale.

Ahimsa sous l’hindouisme tolèrent la violence, mais dans des circonstances spéciales. Les guerres doivent être évitées. Les conflits doivent être résolus par des dialogues sincères. La force doit être le dernier recours.

Selon les hindous, Ahimsa n’est pas censé suggérer le pacifisme. L’utilisation de la violence à des fins d’autodéfense est autorisée, et les écritures hindoues soutiennent le recours à la violence contre un agresseur armé. Cela signifie que les criminels ne sont pas protégés par la règle d’Ahimsa.

Morihei Ueshiba, le fondateur de l’Aïkido a souligné que nous vivons dans un monde plein de provocations et que certains, par ignorance, erreur ou peur, attaqueront d’autres personnes ou feront intrusion dans leur espace, physiquement ou verbalement. L’autodéfense sous Ahimsa est donc autorisée à neutraliser l’agression de l’attaquant, et à éviter le conflit.

Les bouddhistes désapprouvent les meurtres parce que de tels actes peuvent conduire à finir dans les royaumes de l’enfer. Diyu est la version chinoise de l’enfer en partie basée sur le concept bouddhiste de Naraka. Selon les croyances chinoises, il n’y a aucun moyen d’éviter d’aller à Diyu. Tous ceux qui meurent doivent finir à Diyu, mais la durée de la visite dépend de la gravité des péchés commis. C’est le Dieu Yama qui décide quand l’âme de l’être a fini la punition et peut passer d’une étape à l’autre.

Ahimsa est aussi l’une des premières disciplines que tout étudiant de Yoga doit apprendre. Elle doit être maîtrisée dans la phase préparatoire (yama), la première des huit étapes qui mènent à une concentration parfaite.

Ahimsa peut être considéré comme faisant partie d’une religion, mais c’est aussi un mode de vie. Comme l’a souligné le Mahatma Gandhi, « Ahimsa est dans l’hindouisme, dans le christianisme aussi bien que dans l’islam ».

« La non-violence est commune à toutes les religions, mais elle a trouvé la plus haute expression et application dans l’hindouisme (je ne considère pas le jaïnisme ou le bouddhisme comme distincts de l’hindouisme), » a-t-il ajouté.

Il n’est jamais mal de faire preuve de gentillesse et Ahimsa nous rappelle que la vie et notre monde seraient bien meilleurs si nous ne faisions pas de mal les uns aux autres et aux autres êtres vivants. Ahimsa enseigne simplement l’amour et la compassion envers toute vie. C’est quelque chose que tout le monde peut pratiquer, quelle que soit sa religion.

Source : Ancient Pages

Traduction : © Le Savoir Perdu Des Anciens
Pour nous soutenir <—

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here