Une nouvelle étude britannique a mis en lumière les méthodes utilisées pour la construction du fameux site de Stonehenge. Du suif aurait notamment servi pour déplacer les énormes pierres.

De la graisse de porc aurait pu être utilisée pour enduire les rondins ayant servi à transporter les énormes pierres de Stonehenge, selon une nouvelle étude menée par des archéologues de l’Université de Newcastle et publiée sur Phys.org.

Les résidus de graisse trouvés sur des fragments de poteries découverts dans l’enceinte néolithique de Durrington Walls, près de Stonehenge, ont longtemps été supposés avoir servi à nourrir les centaines de personnes ayant participé à la construction du fameux site.

Cependant, la nouvelle analyse suggère que, comme les restes de graisse provenaient d’ustensiles ayant la taille et la forme de seaux, et non de plats de cuisson ou de service, ceux-ci auraient pu être utilisés pour la collecte et le stockage de suif, c’est à dire de graisse animale.

De nouvelles études nécessaires

Il est généralement admis que les énormes mégalithes de Stonehenge ont été déplacés par des humains, rappelle l’étude. Des expériences récentes suggèrent que 20 personnes auraient pu faire se mouvoir ces pierres atteignant jusqu’à 8 mètres de haut, en les faisant rouler sur des rondins.

Cependant, les interprétations archéologiques des résidus de poteries ne révèlent qu’une partie du tableau, concèdent les chercheurs. D’autres recherches sont donc nécessaires pour mieux comprendre les techniques de l’époque. Source

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here