Des microbes ont été découverts à 2,4 kilomètres sous la surface de la Terre, dans les profondeurs d’une mine de l’est du Canada. Cette trouvaille représente une nouvelle avancée dans la recherche de formes de vie sous nos pieds, quelques mois après la découverte d’un « Galápagos souterrain ».

Un immense trou béant qui s’ouvre dans la terre et descend à trois kilomètres de profondeur. Voici la mine de Kidd Creek, dans l’est du Canada, à plus de 700 kilomètres au nord de Toronto. Cette exploitation de zinc et de cuivre est l’une des plus profondes au monde.

En 2016, le nom de la mine avait fait le tour de plusieurs publications scientifiques. Des chercheurs de l’Université de Toronto avaient annoncé qu’ils avaient découvert la plus ancienne eau de la Terre là, à presque trois kilomètres sous la surface du sol.

Selon les auteurs de la découverte,, cette eau serait âgée d’environ deux milliards d’années, rapportait alors la radio télévision canadienne Radio-Canada.

D’autres scientifiques de la même institution ont voulu aller plus loin. Ils ont récolté de nouveaux échantillons d’eau qui dormait à 2,4 km de profondeur dans la mine, et ont découvert… Des traces de vie. Les chercheurs ont publié les résultats de cette étude en juillet dans la revue spécialisée Geomicrobiology Journal.

« Révolutionnaire »

Il s’agit de cellules microbiennes, nichées dans des sédiments, explique le magazine scientifique américain The Scientist. « Cette étude est révolutionnaire », lance le docteur John Spear, professeur d’ingénierie civile et environnementale à l’École des Mines du Colorado, aux États-Unis, à la revue.

Les auteurs de l’étude « ont pu confirmer que les eaux dans lesquelles vivent ces microbes n’ont pas été touchées par des eaux venues de la surface », explique-t-il encore. Autrement dit : ces formes de vie ont toujours évolué dans les entrailles du sol canadien.

La mine de Kidd Creek.

L’étude publiée par les chercheurs canadiens en juillet représente la plus récente avancée dans la recherche de formes de vie sous la surface du sol. Les profondeurs de la Terre ont été longtemps vues comme un terreau peu propice au développement de la vie, explique le Scientist. Mais ces dernières années, plusieurs travaux scientifiques ont attesté de la présence de microbes sous la croûte terrestre, toujours selon le magazine américain spécialisé.

En décembre dernier, des chercheurs du Deep Carbon Observatory, un groupe de 1 200 chercheurs internationaux spécialisés, avaient réalisé une avancée majeure dans le domaine.

« Galápagos souterrain »

Ils avaient annoncé avoir découvert des milliards de micro-organismes sous la surface de la Terre : des bactéries et différentes sortes de microbes. Pour en arriver à ces conclusions, les chercheurs avaient notamment foré à plus de 5 kilomètres de profondeur, pour étudier les entrailles de notre planète. Cela représente près de dix ans de recherche… À partir des données récoltées sous nos pieds, ils avaient ensuite réalisé des projections pour modéliser la taille de ce monde souterrain et inconnu.

Les chercheurs canadiens ont analysé des échantillons d’eau récoltée dans les entrailles de la Terre en laboratoire.

Les chiffres donnent le vertige : cette « biosphère profonde » s’étendrait sur « 2 à 2,3 milliards de kilomètres cubes, soit presque deux fois le volume de tous les océans de la planète », indiquaient les chercheurs dans un communiqué.

Les chercheurs avaient qualifié ce monde inconnu de « Galápagos souterrain ». Une référence à l’archipel situé au large des côtes de l’Équateur, célèbre pour sa biodiversité unique au monde. « Étudier les profondeurs, c’est un peu comme explorer l’Amazonie, avait dit le docteur Mitchell Sogin, chercheur au laboratoire de biologie marine de Woods Hole aux États-Unis. Il y a de la vie partout ». Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here