Deux cas de contamination d’oliviers par la bactérie Xylella fastidiosa, dite « tueuse d’oliviers », ont été détectés pour la première fois en France, dans les Alpes-Maritimes, a annoncé, vendredi 6 septembre, le ministère de l’Agriculture. Jusqu’à présent, cette bactérie n’avait jamais été décelée en France sur des oliviers, mais était présente sur d’autres végétaux en Corse, dans le Var et les Alpes-Maritimes, selon le ministère.

Deux oliviers d’ornement, l’un à Antibes et l’autre à Menton, ont été identifiés comme porteurs de la maladie par les services de l’Etat chargés du contrôle des végétaux, a précisé le ministère dans un communiqué. « Conformément à la réglementation, les deux oliviers contaminés qui présentent des symptômes de dessèchement seront arrachés et détruits dans les tout prochains jours afin d’éviter la propagation de la maladie », a annoncé le ministère.

« Un périmètre de lutte »

Le ministère précise que c’est la sous-espèce « pauca » de la bactérie qui a été identifiée sur l’arbre de Menton. « Un périmètre de lutte a été établi », comprenant l’arrachage des végétaux sensibles à la bactérie, ainsi qu’une surveillance renforcée de tous les végétaux dans un rayon de 5 kilomètres.

Xylella fastidiosa est transmise et véhiculée par des insectes. C’est une bactérie potentiellement mortelle pour plus de 200 espèces végétales dans le monde, pour laquelle il n’existe pas de traitement. Elle a été détectée pour la première fois en France en 2015, en Corse-du-Sud, et fait l’objet d’une lutte internationale en Europe.

Faut-il s’inquiéter de sa propagation?

A priori non. Le ministère français de l’Agriculture a indiqué ce jeudi que le risque de propagation de la bactérie Xylella fastidiosa était écarté après l’analyse d’un plant de caféier malade découvert au marché de gros de Rungis. « En l’absence totale d’insectes vecteurs dans la serre du revendeur, cette inspection a permis de conclure que cette interception ne constitue pas un foyer de Xylella fastidiosa », explique dans un communiqué le ministère, qui assure que « le risque de la propagation de la maladie est donc écarté ».

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here