Le gouvernement guatémaltèque réclame à la France une pièce archéologique de la période maya dite classique (de 250 à 900 après JC). Il s’agit du fragment d’une stèle qui sera mis en enchères le 18 septembre prochain à Paris.

La pièce représente un visage zoomorphe. Il s’agirait de celui d’un roi maya sous forme d’oiseau. L’archéologue Camilo Luin estime que la France devrait le restituer et revient sur l’histoire de cette découverte.

« En 1899 environ, l’archéologue Teobert Mahler signale cette stèle dans le site préhistorique de Piedras Negras, il se trouve dans le département de Peten, explique-t-il. C’est grâce à lui qu’on sait que la stèle était complète. Mais elle a été fragmentée en trois morceaux. »

Pillage et contrebande

« Le fragment qui est apparu dans la vente aux enchères correspond à la partie supérieure de la stèle numéro 9, détaille le chercheur. Il représente le roi maya numéro 4. C’était l’un des rois les plus importants. Il est représenté sous forme d’un oiseau. Sur cette pièce, on ne voit que la coiffe qui est la décoration traditionnelle que les rois mayas portaient sur leur tête. »

Comme nombre de ses confrères archéologues, Camilo Luin pense que ce fragment est issu de la contrebande. « Le fragment de cette stèle a été pillé au début des années 1960 ou à la fin des années 1950. Il est réapparu dans la collection d’un monsieur qui l’avait accroché dans son séjour. Plusieurs pièces archéologiques de ce site Piedras Negras ont atterri dans les collections privées, aux États-Unis et en Europe. » Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here