Que ce soit à Anderlecht, à Mons, à Colfontaine, à Silly, à Frameries ou à Rochefort, de nombreux Belges ont pu apercevoir ce lundi soir dans le ciel un étrange phénomène.

Comme le rapporte RTL, plusieurs personnes ont en effet vu une boule lumineuse vers 18h.

Sur la vidéo tournée en France, on peut également voir cet OVNI qui a suscité de nombreuses interrogations chez nous et ailleurs.

SpaceX responsable ?

Si le phénomène semble pour beaucoup inexplicable, il pourrait trouver son origine dans le lancement ce lundi de la deuxième grappe la future constellation de mini-satellites « Starlink » de la société spatiale américaine SpaceX, destinée à fournir internet depuis l’espace et qui pourrait compter un jour jusqu’à 42.000 satellites.

Une fusée Falcon 9 a décollé sans incident de Cap Canaveral, en Floride, à 14H56 GMT (15h56 HB), avec à son sommet une coiffe entièrement remplie par 60 satellites, selon une retransmission en direct du lancement sur le site de la société créée par Elon Musk. SpaceX veut saisir une part du futur marché de l’internet de l’espace, que convoitent de nombreuses rivales, comme la startup OneWeb ou le géant Amazon, qui est bien moins avancé (projet Kuiper). Elon Musk espère à terme gagner 3 à 5 % du marché mondial de l’internet, une part évaluée à 30 milliards de dollars par an, soit dix fois plus que ce qu’il gagne avec ses lanceurs. Le but : financer le développement de ses fusées et vaisseaux spatiaux. Le patron de SpaceX rêve de coloniser Mars.

La société californienne a obtenu des autorités américaines l’autorisation de lancer 12.000 satellites, répartis sur plusieurs orbites, mais a déposé une demande de fréquence pour 30.000 satellites supplémentaires. Sa constellation « Starlink » doit fournir un internet à haut débit sur Terre. Les mini-satellites se trouveront à une altitude relativement basse (550 km pour les premiers), fournissant un temps de réponse rapide.

SpaceX avait lancé les 60 premiers en mai, et affirme que la constellation sera opérationnelle dès l’an prochain pour le Canada et le nord des Etats-Unis. Selon la société, il faudra 24 lancements avant que le reste du monde soit couvert.

Il existe aujourd’hui un peu plus de 2.100 satellites actifs en orbite autour de la Terre. La perspective d’en ajouter 42.000 dans le ciel crée une double inquiétude. Les astronomes craignent d’une part que ces constellations gâchent les observations par télescopes depuis la Terre. La seconde préoccupation est l’encombrement des orbites terrestres basses (jusqu’à 1.500 ou 2.000 km) augmentant le risque de collisions entre satellites. Source

1 COMMENTAIRE

  1. Ne pas perdre de vue – si l’on peut dire ! – que l’état d’esprit des masses de notre époque est très ressemblant à toutes celles (dans le passé) où des déstabilisations importantes affectaient les peuples (changements de valeurs, guerres, peurs des malédictions en périodes très religieuses….).

    Souvent volontaires parce que fruits de décisions toujours prises par les états et les élites responsables, lesquelles œuvrent depuis toujours aux transformations des sociétés, et visant bien entendu à maintenir leurs privilèges de toute puissance (financière, militaire, judiciaire…)

    La stratégie du choc est une technique utilisée depuis très longtemps et la description pertinent de cette méthode par la journaliste canadienne Naomi Klein ( dans son ouvrage « La Stratégie du Choc ») est la forme moderne de cette méthode (ingénierie sociale, propagande médiatique globale…).

    Les peuples, manipulés et domestiqués selon un ordre venant toujours d’en haut où se tiennent les exploiteurs patentés, restent très manipulables parce que soumis à des informations catastrophiques choisies à dessein. Les humains ont toujours gardé cette réaction instinctive consistant à regarder le ciel avec la peur viscérale archaïque de voir débouler « de là haut » les plus funestes dangers.

    Les manifestations climatiques, grâce à ce réflexe ontologique humain, tiennent une place de choix. Le délire du réchauffement climatique (une réalité évidemment constatée un peu partout), qui est pourtant un phénomène récurrent dans l’histoire de la Terre, sert de prétexte pour imposer des changements dont l’intérêt ne concerne que les tous puissants.

    Est-ce à dire que le changement climatique actuellement en cours est une fumisterie ? Evidement, non. Mais les hommes ont facilement peur que quelques énormes phénomènes climatiques dévastent leur monde de vanité, de technologie généralisée devenues les fragiles étais sur lesquels reposent la quasi totalité du fonctionnement de la « modernité ».

    L’utilisation récente d’une certaine « Greta », véritable marionnette agitée à dessein par les décideurs d’avenir, fait partie de la stratégie de la terreur programmée. Ce qui surgit dans le ciel, dont les ovnis, participe à cette crainte d’un danger qui viendrait forcément de là haut, de très loin.

    Ce comportement archaïque est très vraisemblablement l’écho inconscient très ancien lié aux diverses accidents célestes, pour le coup tout à fait prouvés, qui ont affecté la terre depuis toujours, dévastant la plupart du temps les sociétés complexes très organisées. Ovnis, changements majeurs du climat, phénomènes inexpliqués observés dans le cosmos, etc… sont probablement les formes plus « technologiques » qui affectent l’esprit « moderne ».

    La guerre entre climatosceptiques et climatoconvaincus n’est autre chose que l’éternelle bataille entre les manipulateurs d’opinions (toujours ultra minoritaires) et les peuples aujourd’hui massifiés. l’entretien des terreurs permet de générer des états de sidération toujours nécessaires à l’instauration d’un nouvel ordre mondial (politique, financier, sociétal). On dresse, on formate les esprits pour neutraliser toute résistance qui ralentit les changements décidés par les élites et dans leur unique intérêt.

    Le chronique « story telling » (en bon français : les contes à dormir debout) que les médias ressassent aux masses via leur médium (télé, écrans, radio, internet….) sert à conditionner et convaincre les esprits de masse pour parvenir aux changements dont l’élite à besoin régulièrement pour maintenir ses privilèges et continuer à aliéner les peuples.

    La conquête de l’espace – la lune d’abord, et maintenant mars – fait partie de l’énorme récit dont ces élites ont besoin pour entretenir une vision artificielle de la réalité. Une société qui « informe » exclusivement à partir d’images selon les films que l’on monte a toute latitude pour créer une réalité qui convient à une élite sans que la majorité ne puisse vérifier quoi que ce soit.

    C’est pourquoi, il est conseillé de rester distant, prudent et toujours en éveil à chaque « information » balancée par les médias à chaque événement majeur. Le reste du temps (en dehors des gros événements) est colonisé dans nos cerveaux par des milliers d’informations sans aucune importance mais dont la quantité est nécessaire pour neutraliser toute pensée libre basée sur le doute, le questionnement et la remise en cause des « vérités officielles ».

    Pas besoin d’être paranoïaque pour tenir cette attitude. Ce qui est impérativement urgent c’est une distance sereine et un doute sain vis-à-vis de toutes les « affirmations » colportées par un système qui n’a que faire du bien-être des anonymes qui font les peuples perversement transformés en troupeau à mater.

    Une seule question devrait surgir dans chaque esprit à chaque information officielle : AUNOM DE QUOI DEVRIONS-NOUS CROIRE EN DES IMAGES ALORS MEME QUE NOUS NE POUVONS ETRE TEMOINS PRESENTS ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here