Le bijou de Grenville est un précieux médaillon fabriqué en Angleterre au XVIIe siècle. Son histoire est assez étrange : elle commence avec un général royaliste, implique la reine Victoria et un membre de la famille Rothschild, et se termine au British Museum.

Le médaillon contient une représentation miniature, qui serait celle de Sir Bevil Grenville, un général royaliste de Cornouailles. Le bijou de Grenville a été donné par le commandant royaliste à son épouse. Après la mort de cette dernière, le médaillon a été transmis à sa fille. L’objet précieux est resté dans la famille pendant plusieurs générations, jusqu’à ce qu’il soit acquis par le baron Ferdinand de Rothschild. Finalement, le Joyau de Grenville, ainsi que quelque 300 autres pièces de la collection Rothschild, ont été légués au British Museum, à la mort de Rothschild en 1898. Cet ensemble est connu sous le nom de « Legs de Waddesdon » et est exposé au British Museum depuis 1900.

Un médaillon recouvert de pierres précieuses

On estime que le bijou de Grenville a été fabriqué entre 1635 et 1640. Le médaillon est de forme ovale, et fait en or. L’extérieur du boîtier du médaillon a été décoré avec du champlevé, une technique d’émaillage. De plus, le bijou Grenville est décoré de plusieurs pierres précieuses, dont un grand saphir carré au centre de la face avant du boîtier, des rubis, des émeraudes, des opales, des diamants et un pendentif en perles.

Le boîtier avant et arrière du Joyau de Grenville.

L’homme dans le médaillon

A l’intérieur du Joyau de Grenville se trouve la miniature d’un homme peint sur un morceau de vélin posé sur une carte avec de l’aquarelle. Grâce à la signature de l’artiste, nous savons que la miniature a été peinte par David des Granges, un artiste huguenot. L’homme représenté dans la miniature est barbu, porte une armure et a été identifié comme étant Sir Bevil Grenville, un membre de la noblesse anglaise. Grenville possédait de grands domaines en Cornouailles, dans le Devon et dans le Somerset. Entre 1621 et 1629, Grenville a été député du comté de Cornouailles ou de l’arrondissement de Launceston, et a donc passé beaucoup de temps à Londres. Entre 1629 et 1640, Charles Ier a régné sans parlement. Lorsque le Long Parlement fut convoqué en novembre 1640, Grenville occupa à nouveau le poste de député des Cornouailles. Cette fois, cependant, Grenville choisit de s’absenter du Parlement pendant la plus grande partie du temps.

Le portrait miniature de Sir Bevil Grenville.

Pendant les deux années qui précèdent la guerre civile anglaise (qui commence en 1642), l’absence de Grenville au Parlement lui permet de récolter une importante somme d’argent. Ainsi, lorsque la guerre civile a éclaté, Grenville a pu lever un régiment de fantassins de Cornouailles pour se battre pour la cause royaliste. Ce régiment est devenu l’une des forces de combat les plus efficaces du côté royaliste au début de la guerre. Par exemple, Grenville a mené ses hommes dans une offensive difficile lors de la bataille de Braddock Down en janvier 1643, qui a permis de gagner la bataille pour les Royalistes. Malheureusement, en juillet 1643, Grenville a reçu une blessure mortelle lors de la bataille de Lansdowne, et en est mort le lendemain.

Monument de Sir Bevil Grenville, Landsdown Hill, près de Bath, Somerset, Angleterre.

Les propriétaires du bijou de Grenville

Selon une source, le joyau de Grenville aurait été donné par Grenville à son épouse, Lady Dame Grace Smith, peu avant sa mort à la bataille de Lansdowne. En 1647, Grace est morte, et le médaillon a été mentionné dans son testament. Cet objet a été transmis en héritage à sa fille aînée, Lady Elizabeth Prideaux. Il fut ensuite transmis à son neveu, Charles Harward, à sa mort. Harward étant décédé sans laisser de trace, le bijou de Grenville fut hérité par sa sœur, Catherine, l’épouse d’Arthur Chichester. C’est à cette époque que, apparemment, le médaillon a attiré l’attention du baron Ferdinand de Rothschild. En 1880, Chichester aurait reçu une lettre de la reine Victoria lui demandant de vendre l’objet à Rothschild. On ne sait pas très bien pourquoi elle est intervenue de cette manière et, à ce jour, on ne sait toujours pas pourquoi elle a adressé une demande à Chichester au nom de Rothschild. N’ayant guère le choix dans cette affaire, le bijou de Grenville a été vendu pour 1 000 £ (1 355 $).

En 1898, Rothschild meurt et une partie de sa collection, qui comprend le Joyau de Grenville, est léguée au British Museum. Cette collection a été connue sous le nom de « Legs de Waddesdon » et est exposée au musée depuis 1900. Depuis 2015, le Bijou de Grenville est exposé dans la salle 2a du musée, qui est une galerie nouvellement conçue pour les objets donnés par Rothschild.

Trois autres objets dans le Legs de Waddesdon : La cloche « Cellini », un gobelet en verre turquoise et une statue d’Omphale.

Voir toute la collection

Source : Ancient Origins Traduction : © Le Savoir Perdu Des Anciens

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here