L’ancien pharaon égyptien Toutankhamon, communément appelé le roi Tut, avait placé plusieurs joyaux cosmiques dans sa tombe lorsqu’il est mort, n’ayant que 18 ans.

Lorsque l’égyptologue Howard Carter et son équipe ont trouvé les marches qui menaient à la tombe de Toutankhamon dans la Vallée des Rois, le 4 novembre 1922, ils ont été surpris de voir tous les trésors extraordinaires que contenait sa sépulture. À l’époque, les scientifiques n’avaient aucune idée que certains des artefacts avaient été fabriqués avec des matériaux d’un autre monde.

Il a fallu de nombreuses années avant que les chercheurs puissent déterminer que certains des cadeaux du Roi Tut ont été formés lorsqu’une météorite s’est écrasée sur la Terre il y a 28 millions d’années.

Une nouvelle étude fait maintenant la lumière sur la dague cosmique du Roi Toutankhamon qui n’a pas été fabriquée en Égypte, selon les chercheurs.

Takafumi Matsui et ses collègues de l’Institut de technologie de Chiba, au Japon, ont réexaminé l’ancienne dague et il s’avère que son contexte est plus intéressant qu’on ne le pensait.

Les scientifiques ont pris une image optique à haute résolution de la dague et ont procédé sur place à une analyse chimique bidimensionnelle sans contact et non destructive de l’objet qui se trouve au Musée égyptien du Caire. Les résultats de l’étude ont révélé que la dague présente une texture hachurée croisée définie, connue sous le nom de « motif Widmanstätten » (du nom du minéralogiste autrichien Comte Alois von Beckh Widmanstätten), typique d’une météorite de fer octaédrique.

Tout indique que la poignée en or de la dague a été fabriquée à l’aide d’un matériau adhésif connu sous le nom de plâtre de chaux.

Le plâtre de chaux n’était pas utilisé en Égypte à l’époque, mais était employé par les artisans dans d’autres parties du monde à cette époque.

Selon les scientifiques, la faible quantité de soufre dans les taches noires et le motif Widmanstätten constituent des preuves solides que la dague du roi Toutankhamon a été forgée à une température relativement basse, inférieure à 950° C (1 724° F).

Le lieu de fabrication de la dague est encore inconnu, mais les chercheurs suggèrent que nous pourrions trouver des indices à ce sujet dans les Lettres d’Amarna.

Les lettres d’Amarna, également connues sous le nom de tablettes d’Amarna, sont pour la plupart des lettres diplomatiques (avec quelques mythes et épopées) datant d’une période historique intéressante de l’Égypte ancienne, liée aux règnes du pharaon Akhenaton de la 18e dynastie égyptienne et de son épouse Néfertiti, et d’Amenhotep III (1402-1364).

En 1887, des paysans égyptiens locaux ont trouvé quelques tablettes dans les ruines du complexe du palais d’Akhenaton.

« La poignée en or indique que la dague est d’origine étrangère, peut-être de Mitanni, en Anatolie, comme le suggère l’une des lettres d’Amarna, selon laquelle une dague en fer à poignée en or a été offerte par le roi de Mitanni à Amenhotep III, le grand-père de Toutankhamon », écrivent les chercheurs dans leur article.

Les chercheurs ont décrit leur enquête ce mois-ci dans la revue Meteoritics & Planetary Science.

© Le Savoir Perdu Des Anciens

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here