Au cours des cinq dernières années, des pêcheurs ont récupéré des trésors anciens d’une valeur de plusieurs dizaines de millions de dollars dans la rivière Musi, aux alentours de Palembang, sur l’île indonésienne de Sumatra. La grande question que se pose un archéologue est de savoir si ces trésors sont ou non des vestiges de l’empire de Srivijaya, un royaume légendaire connu sous le nom d’île d’or, disparu depuis longtemps.

L’empire de Srivijaya a prospéré entre le VIIe et le XIIIe siècle dans ce qui est aujourd’hui l’Indonésie. Le royaume était centré autour de Palembang, sur l’île volcanique de Sumatra, à l’ouest de Java. Le folklore local veut que la capitale extraordinairement riche de l’empire de Srivijaya ait existé, et ait finalement « disparu », quelque part sur Sumatra à la fin du 14e siècle.

Selon un article paru dans The Guardian , l’ancienne Srivijaya était associée à une énorme richesse en or et en pierres précieuses, et ces trésors légendaires ont conduit des centaines d’explorateurs avides à des fins amères. Se pourrait-il que des pêcheurs de Sumatra aient pillé la légendaire île perdue de l’or et vendu ses anciens trésors sur le marché noir international ?

Un trésor d’anneaux d’or qui pourrait prouver que Palembang est l’emplacement de la légendaire île d’or. ( Wreckwatch Magazine )

Les pêcheurs voleurs de l’île d’or ?

Alors que la cité perdue de l’or, l’El Dorado, reste fermement cachée en Colombie, le site principal de l’empire Srivijaya a peut-être enfin été découvert. Cependant, ce n’est pas une équipe d’archéologues intrépides qui l’a découvert, mais plutôt des pêcheurs locaux plongeant de nuit sur la rivière Musi. Parmi les trésors illégalement récupérés ces dernières années figurent d’innombrables bijoux et une rare statue bouddhiste grandeur nature du VIIIe siècle, constellée de pierres précieuses, dont la valeur est estimée à plusieurs millions de dollars.

Sean Kingsley est un archéologue maritime britannique et ses nouvelles recherches sur ce site submergé devraient être publiées dans le magazine Wreckwatch . Le chercheur a déclaré à la presse que les trésors récupérés sont le genre de choses « que l’on peut lire dans Sinbad le Marin… mais qui sont bien réelles ». S’il s’agit bien de l’île d’or, a déclaré Kingsley au Guardian, elle devait être un « monde aquatique ». L’archéologue a également déclaré que les habitants devaient vivre sur la rivière comme les bateliers modernes.

Statue bouddhiste en bronze grandeur nature, constellée de pierres précieuses, qui a été remontée par des pêcheurs dans la rivière Musi. Cet artefact inestimable pourrait-il conduire les archéologues à l’île d’or, perdue depuis longtemps ? ( Wreckwatch Magazine )

Complexes, rares, historiquement inestimables et disparus : les artefacts de l’île d’or

L’étude à venir sur le Srivijaya sera présentée dans une publication de 180 pages consacrée à l’histoire de la Chine et de la Route de la soie maritime. Selon M. Kingsley, l’empire maritime de Srivijaya « contrôlait les artères de la route de la soie maritime », qui étaient de colossaux marchés du VIIIe siècle où s’échangeaient des marchandises locales, chinoises et arabes. Pendant plus de 300 ans, les souverains de Srivijaya ont contrôlé les précieuses routes commerciales entre le Moyen-Orient et la Chine impériale, ce qui a conduit à ce que Kingsley a décrit comme une « richesse colossale. »

En examinant de plus près les artefacts de l’île d’or récupérés dans le fleuve, on constate que parmi l’or et les bijoux, on trouve  » tout, des outils de commerce et des armes de guerre aux reliques religieuses.  » Kingsley a recensé des poignées d’épée en bronze et en or, des miroirs, des figurines bouddhistes, des heurtoirs de temple en bronze, des figures de la mythologie bouddhiste et des cloches de moines, parmi les objets récupérés dans la rivière.

Des tas d’anneaux en or portant des symboles élaborés étaient incrustés de rubis, tandis que de nombreux anneaux de cérémonie en or étaient ornés de sceptres vajra à quatre branches, le symbole hindou de la foudre, représentant une arme privilégiée des dieux.

Maisons flottantes en bois sur la rivière Musi avant 1917. (Musée national des cultures du monde).

La course d’un médecin pour sauver l’île perdue de l’or

Jusqu’à ce que le Dr Kingsley intervienne en exerçant un minimum de contrôle, les trésors anciens étaient récupérés par des pêcheurs utilisant un équipement de plongée obsolète. Malheureusement, la plupart des objets ont déjà été vendus à des antiquaires douteux sur le marché noir international des antiquités. Cela signifie que les preuves de l’essor, des jours de gloire et de la chute de Srivijaya « meurent à nouveau sans qu’on le sache », a expliqué le Dr Kingsley.

Les raisons qui ont conduit à l’effondrement de l’empire Srivijayan ne sont pas encore claires, mais le Dr Kingsley suppose qu’il pourrait s’agir de « la réponse de l’Asie à Pompéi, victime des volcans bouillonnants d’Indonésie ». Cependant, le professeur a également émis l’hypothèse que la « rivière turbulente à écoulement rapide » aurait pu engloutir la ville antique et ses trésors.

Le Savoir Perdu des Anciens couvrira cette histoire au fur et à mesure qu’elle se déroulera, et nous espérons être en mesure d’annoncer que l’île d’or a effectivement été identifiée très bientôt. La question obsédante est la suivante : s’il ne s’agit pas de la légendaire île d’or perdue, quelle est la chambre au trésor qui se trouve sous la rivière Musi et qui l’a mise là ? Et comment les archéologues peuvent-ils protéger notre histoire ancienne du marché noir des antiquités illégales?

Source : Ancient Origins Traduction : Alex pour © Le Savoir Perdu Des Anciens

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here