Le lac sacré brûlant du Bhoutan (également connu sous le nom de Membartsho ou Mebar Tsho), dans la vallée de Tang, tire son nom d’une légende impliquant Pema Lingpa (ou Padma Lingpa), un célèbre saint bhoutanais. Aujourd’hui, le lac brûlant n’est pas seulement visité par des pèlerins, mais aussi par des touristes. Les années précédentes, des incidents se sont produits sur le site, entraînant un certain nombre de noyades malheureuses au lac brûlant.

Selon la légende, le lac brûlant est le lieu où Pema Lingpa a fait deux de ses plus célèbres découvertes. Pema Lingpa serait né en 1450 après JC et, selon certains, serait la réincarnation d’un des disciples de Padmasambhava, connu également sous le nom de Gourou Rimpoché (nous y reviendrons).

Enfant, Pema Lingpa est devenu l’apprenti d’un forgeron et a passé la majeure partie de sa vie de jeune adulte à travailler dans ce métier. Bien qu’il s’intéresse à la religion, Péma Lingpa n’a pas eu l’occasion de poursuivre ses intérêts à cette époque. Ce n’est qu’à l’âge de 25 ans qu’il a commencé son voyage religieux. Cette année-là, Pema Lingpa a fait un rêve prophétique, mais il n’a pas réussi à lui donner un sens.

Les eaux tranquilles du lac brûlant au Bhoutan, un lieu de miracles qui attire encore aujourd’hui des milliers de personnes !

Le saint Péma Lingpa et la légende du lac brûlant

Deux ans plus tard, le « dixième jour du deuxième mois de l’année du singe », Péma Lingpa s’endormit chez le Maṇi Gonpa. Il fut réveillé par une voix forte, et lorsqu’il ouvrit les yeux, il vit devant lui un moine habillé de vêtements miteux. Le moine tendit à Péma Lingpa un parchemin et lui demanda de le lire. Une fois que Péma Lingpa accepta le parchemin, le moine disparut.

Statue du saint bhoutanais Pema Lingpa, qui a fait du lac brûlant un site sacré, dans un temple de Tsakaling Gewog, au Bhoutan.

Selon une version de la légende, le mystérieux moine n’était autre que Padmasambhava, le légendaire maître bouddhiste qui vécut au 8e siècle de notre ère. On attribue à Padmasambhava l’introduction du bouddhisme tantrique au Tibet et la création du premier monastère dans ce pays. Padmasambhava aurait également caché des  » *termas  » (*enseignements ou trésors secrets) sur différents sites. Ces enseignements étaient destinés à être découverts plus tard, afin d’être transmis aux générations futures. Le premier des termas de Padmasambhava a été découvert dès 1125. Le lac brûlant est l’un des endroits où Padmasambhava a caché ses termas.

Comment Péma Lingpa a trouvé les deux premiers termas sacrés

Pour en revenir à l’histoire de Pema Lingpa, le parchemin qui lui a été remis contenait des instructions. Le saint devait emmener cinq amis avec lui à Naring Drak (le lac brûlant, comme on l’appelait auparavant) pendant la nuit de pleine lune, où il découvrirait son destin sous un rocher. En outre, le parchemin contenait une clé permettant de décoder les termas (108 au total, selon certaines sources).

Péma Lingpa obéit aux instructions du parchemin et se rendit à Naring Drak avec ses cinq amis à l’heure prévue. Soudain, Pema Lingpa se déshabilla et sauta dans le petit lac situé sous la falaise. Selon la légende, le saint trouva une grande grotte sous-marine, dans laquelle se trouvaient un trône et une pile de parchemins.

Le gardien de la grotte prit l’un des parchemins, le donna à Pema Lingpa et lui dit de partir. Selon une version de la légende, le gardien de la grotte était une vieille femme borgne, et une statue grandeur nature du Bouddha était assise sur le trône. Quoi qu’il en soit, lorsque le saint arriva à la surface de l’eau, il fut propulsé au sommet d’une falaise par une force qui ressemblait à un vent violent.

Selon un récit de la légende, Pema Lingpa a montré les parchemins à ses parents et à deux maîtres bouddhistes du monastère de Tharpaling. Cependant, aucun d’entre eux n’a pu en lire le texte. Grâce à la clé que lui avait donnée le moine, Pema Lingpa a pu décoder le terma, qui est considéré comme le premier qu’il a découvert. Péma Lingpa découvrit de nombreux autres termas et, finalement, il retourna à Naring Drak ou au lac brûlant pour en trouver un autre.

Un pont ancien qui traverse la gorge du lac brûlant du Bhoutan.

Malgré tout ce qu’il avait fait, tout le monde n’était pas convaincu de l’authenticité de Péma Lingpa, y compris le gouverneur de la région. Lorsque Péma Lingpa arriva au lac brûlant (Naring Drak), le gouverneur rassembla un grand groupe de personnes autour du lac et dit au saint que s’il apportait un terma du lac, il le soutiendrait.

En revanche, si Péma Lingpa ne le faisait pas, il serait puni comme charlatan. Le saint, Pema Lingpa, a fait monter les enchères en saisissant une lampe à huile allumée, proclamant que s’il était sincère, il reviendrait avec le trésor, et la lampe serait toujours allumée. En revanche, s’il était un imposteur, il se noierait.

Inutile de dire que Pema Lingpa réussit et qu’en plus de la lampe qui brûlait encore, il ramena une petite boîte faite de crânes articulés et une petite sculpture. Suite à cet exploit miraculeux, le gouverneur ne douta plus et tous ceux qui étaient présents devinrent ses disciples. C’est également à cause de cet incident que Naring Drak fut rebaptisé Membartsho. Péma Lingpa découvrit de nombreux autres termas au cours de sa vie, mais les deux qu’il révéla au Lac Ardent sont sans doute ses plus célèbres.

Offrandes d’argile sha-tsha laissées par les pèlerins bouddhistes au lac brûlant.

Le lac brûlant devient un lieu de pèlerinage sacré

En raison de l’association de Péma Lingpa avec le lieu et de la découverte des deux termas, le lac brûlant est devenu un site sacré, ce qu’il est encore aujourd’hui. Les nombreux drapeaux de prière éparpillés dans la gorge, ainsi que les nombreuses petites offrandes en argile (appelées « tsha-tsha ») déposées par les pèlerins dans les niches rocheuses témoignent du caractère sacré du lac. Outre son caractère sacré, le lac brûlant est également visité par les touristes pour sa beauté naturelle.

Malheureusement, les années précédentes, des mésaventures se sont produites sur le site, entraînant la perte de vies humaines. Un article de 2015, par exemple, rapporte qu’un touriste français est tombé dans le lac brûlant alors qu’il prenait des photos. Bien que le guide local ait sauté dans le lac et ait réussi à pousser le touriste sur le rivage, ce dernier est mort peu après, suite à une inhalation excessive d’eau.

Le guide a été emporté par les courants. Le même rapport affirme que les plans visant à assurer la sécurité des touristes sur le site ne se sont pas concrétisés et que les touristes eux-mêmes ne tiennent parfois pas compte des avertissements de danger. Cependant, on ne sait pas si la situation s’est améliorée… 

Source : Ancient Origins Traduction : Tenzin pour © Le Savoir Perdu Des Anciens

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here