Un mystérieux sarcophage en plomb découvert dans les entrailles de la cathédrale Notre-Dame de Paris après qu’elle ait été dévastée par un incendie sera bientôt ouvert et ses secrets révélés, ont annoncé jeudi des archéologues français.

Cette annonce a été faite un jour avant le troisième anniversaire de l’incendie de la cathédrale gothique du XIIe siècle, qui a choqué le monde entier et a entraîné un projet de reconstruction massive.

Lors des travaux préparatoires à la reconstruction de l’ancienne flèche de l’église, le mois dernier, les ouvriers ont découvert le sarcophage bien préservé, enterré à 20 mètres sous terre, parmi les tuyaux en briques d’un système de chauffage du XIXe siècle.

Mais on pense qu’il est beaucoup plus ancien, peut-être du 14e siècle.

Les scientifiques ont déjà jeté un coup d’œil dans le sarcophage à l’aide d’une caméra endoscopique, révélant la partie supérieure d’un squelette, un coussin de feuilles, du tissu et des objets non encore identifiés.

Le sarcophage a été extrait de la cathédrale mardi, a déclaré l’Institut national de recherche archéologique (INRAP) lors d’une conférence de presse.

Il est actuellement conservé dans un lieu sécurisé et sera envoyé « très prochainement » à l’Institut médico-légal de Toulouse, dans le sud-ouest du pays.

Des experts médico-légaux et des scientifiques ouvriront alors le sarcophage et étudieront son contenu, afin d’identifier le sexe et l’état de santé antérieur du squelette, a déclaré l’archéologue principal Christophe Besnier, ajoutant que la technologie de datation au carbone pourrait être utilisée.

Notant que le sarcophage a été trouvé sous un monticule de terre qui contenait des meubles du XIVe siècle, Besnier a déclaré : « S’il s’avère qu’il s’agit en fait d’un sarcophage du Moyen Âge, nous avons affaire à une pratique funéraire extrêmement rare ».

Ils espèrent également pouvoir déterminer le rang social du défunt. Vu le lieu et le style d’inhumation, ils faisaient vraisemblablement partie de l’élite de leur époque.

Toutefois, Dominique Garcia, directeur de l’INRAP, a souligné que le corps sera examiné « dans le respect » des lois françaises relatives aux restes humains.

« Un corps humain n’est pas un objet archéologique », a-t-il déclaré. « En tant que restes humains, le code civil s’applique et les archéologues l’étudieront comme tel ».

Une fois qu’ils auront fini d’étudier le sarcophage, il sera rendu « non pas comme un objet archéologique mais comme un bien anthropologique », a ajouté M. Garcia.

Et Notre-Dame, lieu de résidence de cet inconnu pendant tant de siècles, pourrait-elle servir de dernière demeure ?

L’INRAP a indiqué que la possibilité d’une « réinternation » dans la cathédrale était à l’étude.

(AFP)

Source : France 24 ( ENG )  Traduction : Emilie pour © Le Savoir Perdu Des Anciens

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here