Les hommes-sel sont un groupe de momies naturelles qui ont été découvertes dans la mine de sel de Chehrabad en Iran. Cette mine se trouve dans la province de Zanjan, à environ 340 km au nord-ouest de Téhéran. Les hommes sont censés être morts dans la mine de sel et avoir été conservés naturellement par le sel. Au total, six hommes de sel ont été découverts au fil des ans et ils appartiennent à différentes époques, notamment aux périodes achéménide et sassanide ( environ 330 Av-JC).

Découverte du premier homme de sel

En 1994, des opérations commerciales d’extraction de sel étaient en cours dans la mine de sel de Chehrabad lorsque le premier homme de sel a été découvert. Outre ses restes momifiés, plusieurs objets, dont des couteaux en fer et une boucle d’oreille en or, ont également été découverts.

Ce travailleur du sel est facilement reconnaissable à ses longs cheveux blancs et à sa barbe. Sa tête est actuellement exposée dans une vitrine au Musée national d’Iran (à Téhéran). On estime que l’homme a vécu il y a environ 1700 ans, à l’époque de l’empire sassanide, et qu’il est mort entre 35 et 40 ans.

Tête de l’homme de Sel 1 exposée au Musée national d’Iran à Téhéran.

L’étude des Hommes de Sel

Au cours des années suivantes, d’autres hommes de sel ont été découverts. En 2004, un autre homme de sel a été découvert par des mineurs, et une campagne de fouilles d’urgence a été entreprise. Des hommes de sel ont également été découverts en 2005, et la momie la plus récente a été mise au jour en 2007. On pense que les hommes ont perdu la vie dans la mine à la suite d’accidents miniers. Le premier homme de sel est conservé au Musée national d’Iran, tandis que les quatre autres ont été apportés au Musée d’archéologie de Zanjan. Le sixième homme de sel a été laissé sur place.

La découverte des hommes du sel a permis aux archéologues d’avoir un aperçu de la vie de ces anciens mineurs de sel, et de nombreuses recherches scientifiques ont été menées sur les momies, ainsi que sur la mine elle-même, depuis leur découverte il y a plus de deux décennies. Les domaines dans lesquels ces recherches sont menées sont l’archéobotanique, l’archéozoologie, l’analyse isotopique, l’archéologie minière et l’anthropologie physique.

Ces études ont permis aux archéologues de mieux comprendre les anciennes pratiques minières. Par exemple, l’examen des divers artefacts et écofacts dans leurs couches stratigraphiques a permis de distinguer trois phases minières différentes, à savoir achéménide, sassanide et islamique.

Les restes du corps d’un des hommes de sel découverts en 2004, sont exposés à Zanjan.

D’autres recherches ont montré que les pratiques minières étaient organisées différemment au cours de ces périodes. Il a été constaté, par exemple, que pendant la période sassanide, l’exploitation minière était établie dans la région environnante et que, d’après les données isotopiques, l’approvisionnement était organisé sur une base régionale. En comparaison, pendant la période achéménide, il semble que des mineurs étrangers travaillaient dans la mine de sel, et que l’accès à la mine se faisait à partir de zones plus éloignées, c’est-à-dire que les mineurs ne s’installaient pas à proximité de leur lieu de travail.

Ces études ont également permis de réviser certains faits admis concernant les hommes de sel. Par exemple, il est généralement admis que six hommes de sel ont été découverts jusqu’à présent. Cependant, l’analyse anatomique des momies a révélé que certaines parties du corps, dont on pensait initialement qu’elles appartenaient à un seul individu, provenaient en fait de corps différents. Il a donc été suggéré que le nombre d’hommes-sel devait en réalité être estimé à huit, voire plus.

Chaussure gauche et bas de jambe de l’homme de Sel 1 exposés au musée Iran Bastan.

Sauver les hommes de sel

Alors que de nombreuses études scientifiques ont été menées sur les hommes et les mines de sel, la conservation et la préservation des restes momifiés font défaut. Dans un rapport de 2009, il était mentionné que les momies étaient exposées dans des caisses en plexiglas qui n’étaient pas hermétiquement fermées. En raison des changements de température et de pression de l’air, des fissures sont apparues dans les vitrines. Cela a permis à des bactéries et des insectes d’y pénétrer et d’endommager les momies.

Néanmoins, des mesures auraient été prises pour s’assurer que les momies ne subissent pas de nouvelles détériorations. Dans le même rapport, il est dit que les plans pour la fabrication d’étuis permanents pour les hommes de sel ont été achevés et que les fonds nécessaires à la construction de ces étuis devraient être trouvés.

Les restes de l’homme de sel numéro 2 sont exposés à Zanjan. L’une des momie découverte en 2004.

Source : Ancient Origins Traduction : Yohan pour © Le Savoir Perdu Des Anciens

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here